14è édition de la Journée du paysan : LE PRÉSIDENT IBRAHIM BOUBACAR KEÏTA SERA DE LA FÊTE À KANGABA

0
444

La mécanisation de l’Agriculture est l’une des priorités du chef de l’Etat


Après avoir adopté les recommandations des travaux préparatoires de la journée, le chef de l’Etat donnera le coup d’envoi solennel de la campagne agricole 2018-2019
Après Ségou en 2017, Kangaba abrite aujourd’hui la 14è édition de la Journée du paysan. Elle sera célébrée sous le thème central intitulé «la responsabilité sociale des exploitants miniers pour une agriculture durable».
Cet événement, comme à l’accoutumée, est placé sous l’égide du président de la République qui est attendu aujourd’hui dans la cité du Mandé. Il y procédera au lancement officiel de la campagne agricole 2018-2019.
Le choix du thème et du lieu n’est pas fortuit. En effet, le cercle de Kangaba est une zone où l’exploitation minière est beaucoup développée. Cette exploitation a certes eu des impacts positifs comme la création d’emplois, la génération de revenus et le développement des activités socio-économiques. Mais elle a aussi eu d’importants effets négatifs sur l’environnement, et surtout sur l’agriculture. Ces effets négatifs sont, entre autres, la destruction des terres arables, la contamination des sols et des ressources en eau par les produits chimiques, la dégradation des cours d’eau surtout par l’utilisation d’engins comme les dragues, le déplacement et la réduction considérable de la faune, l’utilisation de la main d’œuvre active au détriment de l’agriculture, les impacts inestimables sur les ressources culturelles et les valeurs sociales.
Cette 14è édition de la Journée du paysan est un cadre de dialogue direct entre le président de la République et les producteurs agricoles. Elle offre l’opportunité d’échanger sur l’ensemble des préoccupations et de faire des recommandations qui seront soumises aux plus hautes autorités du pays en vue d’un financement durable du secteur agricole dans notre pays. L’objectif global de cette journée est de poursuivre le dialogue instauré entre le chef de l’Etat et les producteurs agricoles autour des problèmes majeurs relatifs à la définition et à la mise en œuvre des politiques de développement du secteur agricole.
Au cours de cette journée, les acteurs du secteur feront un diagnostic approfondi des préoccupations des producteurs liées à l’investissement dans l’emploi des jeunes en milieu rural. Ils proposeront aussi des actions d’envergure pour favoriser l’emploi des jeunes en milieu rural. Organisée par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), en collaboration avec les ministères de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, la journée du paysan regroupera 1.000 participants composés de professionnels des 4 sous secteurs, à savoir l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’exploitation forestière.
D’ores et déjà, le ministre de l’Agriculture Dr Nango Dembélé a présidé, le mardi 22 mai à Kangaba, en présence de plus de 500 producteurs venus de toutes les Régions, l’ouverture des rencontres préparatoires de la 14è édition de la Journée du paysan. L’objectif de ces rencontres préparatoires était de faire une synthèse des préoccupations des producteurs, des femmes rurales et des jeunes ruraux par rapport au thème central.
Selon le ministre de l’Agriculture, le choix de ce thème se justifie à plusieurs titres. Si le Mali est le 3è producteur d’or en Afrique, et que ce métal contribue à la création d’emplois au niveau local, à l’amélioration de l’accès des populations aux services sociaux de base, entre autres, force est de constater que l’exploitation minière a d’importants effets négatifs sur l’environnement, et partant sur l’agriculture. Au nombre de ces effets négatifs, le ministre a cité la destruction des terres arables, le comblement des cours d’eau, la destruction des écosystèmes aquatiques et la pollution des eaux en surface ainsi que sous la terre. Compte tenu des enjeux économiques importants liés à ce thème, Nango Dembélé a exhorté les producteurs à analyser, avec la plus grande attention, les documents qui leur seront soumis en atelier et en plénière, pour une bonne prise en charge des contraintes évoquées en vue de mieux orienter le cadre de dialogue entre les producteurs et le président de la République.
Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture a rappelé que la 8è session du Conseil supérieur de l’agriculture, tenue à Ségou le 25 avril dernier sous la présidence du chef de l’Etat, a validé le plan de campagne agricole 2018/2019. Celui-ci a comme objectifs d’augmenter la production et la productivité agricole, de contribuer à l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’améliorer les revenus des exploitants agricoles familiaux. Il a donné l’assurance de la poursuite des engagements du président de la République et du gouvernement sur le maintien des investissements dans le secteur agricole, la poursuite des subventions sur les intrants et le programme d’équipements agricoles.
 
Anne M. KÉITA
Sidy DOUMBIA
AMAP-Kangaba
 

Laisser une réponse