17 Février 2019 au Niger : Le Mali remporte la  21è édition de la CAN U20nous vous proposons le compte-rendu de l’Essor

0
200

Hadji Dramé (balle au pied) a été l’un des joueurs les plus en vue des Aiglons

La sélection nationale a écrit une belle page de l’histoire de notre football, en remportant, hier, la 21è édition de la CAN de la catégorie, face au Sénégal, battu 3-2 aux tirs au but. C’est la première fois que le Mali est sacré dans cette catégorie

Ils en rêvaient, ils l’ont fait. Hier, dimanche les Aiglons sont entrés dans l’histoire du football africain, grâce à leur victoire 3-2 aux tirs au but en finale de la CAN U20, face au Sénégal. à l’issue du temps réglementaire et des prolongations, les deux sélections étaient à égalité 1-1. Le Mali a ouvert le score en première période, grâce au milieu de terrain, Boubacar Traoré qui a mystifié la défense sénégalaise, avant de tromper le gardien Dialy Kabaly N’Diaye d’une frappe de l’intérieur du pied droit (16è minute). Les protégés du sélectionneur Mamoutou Kané «Mourlé» garderont leur avantage au tableau d’affichage jusque dans le dernier quart d’heure, avant de se faire rejoindre au score (but du nouvel entrant des Lionceaux Amadou N’Diaye, 75è minute).
Auparavant, El Bilal Touré avait raté l’occasion de tuer le match, en perdant son duel avec le gardien de la sélection sénégalaise. Les dernières minutes du temps réglementaire seront totalement dominées par les Lionceaux, mais les Aiglons résisteront jusqu’au bout aux assauts adverses. Dans les prolongations, les deux protagonistes jettent toutes leurs forces dans la bataille mais aucun but ne sera marqué, ni d’un côté, ni de l’autre. C’est finalement dans la séance des tirs au but et grâce au gardien Youssouf Koïta qui a bloqué une tentative adverse, que les Aiglons sont parvenus à faire la différence et se hisser sur le toit du continent. Ils se sont imposés 3 tirs au but 2.Depuis hier dimanche, les Aiglons maliens sont donc les nouveaux princes d’Afrique. Un sacre sans précédent dans l’histoire du football national et qui intervient trente ans, jour pour jour, après l’échec de notre pays en finale contre le Nigeria. Sur l’ensemble de sa prestation, la sélection nationale junior mérite largement cette consécration que les supporters attendaient depuis plus d’un demi-siècle. Et avec ce sacre, les protégés du technicien Mamoutou Kané permettent à notre pays de devenir la 10è nation à inscrire son nom au palmarès de la CAN U20. Après donc la sélection nationale cadette sacrée deux fois championne d’Afrique (2015, 2017), le Mali décroche son troisième titre continental et l’histoire retiendra que c’est dans le même stade Général Seyni Kountché de Niamey que le football national a coiffé sa toute première couronne africaine (2015).
Qui aurait parié sur les Aiglons dans cette CAN U20, Niger 2019 ? à dire vrai, le Mali ne faisait pas partie des favoris de la CAN et rares sont ceux qui s’attendaient à voir les Aiglons se hisser sur le toit du continent. En effet, nombre de personnes redoutaient, à juste raison d’ailleurs, le manque de compétition des juniors maliens (depuis trois ans, il n’y a pas de championnat au Mali) et en plus, le capitaine Clément Boubacar Kanouté et ses coéquipiers ont raté leur entrée en matière, en s’inclinant 0-2 contre cette même sélection sénégalaise.
Après ce faux pas initial, les Aiglons étaient condamnés de remporter leurs deux derniers matches de poule pour éviter l’élimination au premier tour. Les protégés de Mourlé le feront, en dominant, successivement le Burkina Faso et le Ghana sur le score identique d’un but à zéro. On connaît la suite : en demi-finale, le Mali s’offre le recordman de la CAN, le Nigeria (7 titres) battu 4-3 aux tirs au but (1-1 à l’issue du temps réglementaire et des prolongations).
C’est dire que les juniors maliens ont joué deux fois 120 minutes (demi-finale et finale) en l’espace de 72h, mais cela ne les a pas empêchés de devenir champions d’Afrique. Hier, l’équipe a certes souffert contre le Sénégal, mais à aucun moment, elle n’a baissé les bras. Au contraire, c’est au plus fort de la domination des Sénégalais, que les Aiglons ont montré les valeurs qui font la force des grandes équipes : la combativité, la bravoure, la solidarité et l’engagement sur le terrain. Comme les cadets en 2015 et 2017, ils ont montré à la face du continent que l’impossible n’est pas Malien. Aussi, les Aiglons peuvent être d’autant plus fiers de ce sacre, que plus d’une demi-douzaine d’éléments de l’effectif ont remporté la CAN U17 et participé à la Coupe du monde de la catégorie. Parmi ces joueurs, on peut citer Sékou Koïta, Youssouf Koïta, Hadj Dramé, Mamadou Samaké, Alkalifa Coulibaly, Fodé Konaté, Mohamed Camara.
Quant au sélectionneur national, Mamoutou Kané, il est devenu le troisième technicien malien à remporter un trophée africain en équipes nationales, après Baye Ba (2015) et Jonas Komla (2017). «La finale a été difficile. Les deux équipes se valent, mais la chance a souri de notre côté. C’est la chance qui a fait la différence. Je dis bravo aux joueurs», a déclaré «Mourlé», après la rencontre.
L’ancien gardien de but qui a participé à la Coupe du monde junior en 1989, en tant que joueur va très probablement devenir, en juin, le premier technicien local à disputer un Mondial en tant que joueur puis en tant que sélectionneur. On s’en souvient, la veille du départ des Aiglons de Bamako, Mourlé, comme l’appellent familièrement les supporters, avait martelé que son objectif était de «jouer cinq matches au Niger». Le technicien a fait mieux, en remportant le trophée continental et il se souviendra longtemps, à l’instar de ses joueurs et de l’ensemble du peuple malien, de ce dimanche 17 février 2019.

Ladji M. DIABY
Souleymane B. TOUNKARA
Morimakan
COULIBALY

Dimanche 17 février au stade Seyni Kountché de Niamey
Mali-Sénégal : 1-1 puis 3-2 t.a.b.
But de Boubacar Traoré pour le Mali (16è minute); Amadou N’Diaye (75è minute) pour le Sénégal.
Arbitrage du Tunisien Guirat Haythem assisté du Marocain Mustapha Akarkad et du Nigerien Abdoul Aziz Saley.
Mali : Youssouf Koïta, Fodé Konaté, Abdoulaye Diaby, Clément Boubacar Kanouté (cap), Amadou Danté, Sambou Sissoko, Boubacar Traoré, Mamadou Traoré (Mamadou Samaké, 70è min), Hadji Dramé (Aboubacar Boubou Konté, 103è min), Sékou Koïta (Lassana N’Diaye, 81è min), El Bilal Touré. Entraîneur : Mamoutou Kané

Sénégal : Dialy Kobaly N’Diaye, Formose Mendy, Souleymane Djimou Cissé, Moussa N’Diaye, Souleymane Aw, Ousseynou Cavin Diagne (cap) (Lamine Diack, 45è min), Dion Lopy, Faly N’Diaw (Amadou N’Diaye, 64è min), Amadou Sagna (Ousseynou Niang, 54è min), Ibrahima Dramé, Youssouph Mamadou Badji.

Entraîneur : Youssouph Dabo

Laisser une réponse