21è anniversaire de la disparition de Me Alioune Blondin Bèye : Hommage mérité à la figure emblématique de la diplomatie malienne

0
263

Le vice-président angolais Bornito de Souza a effectué le voyage de Bamako pour saluer la mémoire de l’artisan de la paix dans son pays

Arrivé à Bamako mardi à la tête d’une forte délégation, le vice-président angolais Bornito de Souza a pris part hier, à la commémoration du 21è anniversaire de la mort de Me Alioune Blondin Bèye dont la médiation et le sens de la diplomatie ont permis de mettre fin à la guerre civile dans son pays par la signature d’un accord de cessez-le-feu à Lusaka le 20 novembre 1994.
Cette cérémonie qui a eu lieu à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye était couplée au lancement du livre « Alioune Blondin Bèye et la paix en Angola, un long fleuve tumultueux », écrit par sa veuve Bèye Kadiatou Sall pour lui rendre hommage.
C’était en présence du président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, de la représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies au Mali, Mbaranga Gasarabwe, du directeur de l’Ecole de maintien de la paix, le général Cheick Fantamady Dembélé, de plusieurs personnalités dont des anciens Premiers ministres et ministres du Mali et d’une forte colonie malienne d’Angola.
Messie de la paix, passionné de paix, héros national, continental, mondial, figure emblématique de la diplomatie malienne, plusieurs attributs ont été utilisés hier pour rendre hommage à Me Alioune Blondin Bèye à l’occasion de la commémoration du 21è anniversaire de sa disparition.
Le représentant du maire de la Commune IV, Modibo Kane Kamissoko, après ses mots de bienvenue, a invité la jeune génération à s’inspirer de ce grand homme pour ramener la paix dans notre pays. Le directeur général de l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye dira que c’est avec honneur et fierté qu’il accueille cette cérémonie après avoir accédé à la demande du Club Alioune Blondin Bèye et de sa veuve. Selon lui, Alioune Blondin Bèye a consacré sa vie et fini par la donner pour la paix.
Alassane Diarra, guide du Club Alioune Blondin Bèye a indiqué que cela fait 21 ans que le destin leur a arraché un grand humaniste doté d’un sens très élevé du respect et d’amour du prochain et un homme de vision. Cela a donc rendu le Mali et l’Afrique tout entière nostalgiques de ce fils digne qui a su mettre au cœur de son combat, les valeurs qui donnent à l’humanité tout son sens.
Alioune Blondin Bèye, ajoutera-t-il, a lutté avec les armes de l’intelligence, celles de la finesse de la diplomatie, de la patience et de la probité, animé par la conviction de défendre une cause juste. Et son parcours a marqué l’histoire et continuera longtemps à fasciner la jeunesse pour qui, son nom rime avec celui d’un avocat hors pair, d’un professeur émérite et d’un diplomate perspicace. Me Bèye, pour Alassane Diarra, restera à jamais un modèle, une inspiration pour les jeunes du Mali en particulier et de l’Afrique tout entière.
La représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies au Mali abondera dans le même sens. Pour Mbaranga Gasarabwe, il n’est pas aisé de rappeler le parcours glorieux de Me Bèye  qui a su puiser dans les valeurs du Mali. Mais elle a souligné les qualités humaines et le génie diplomatique de l’illustre disparu. Pour l’avoir connu, elle dira qu’il ne se lassait pas de parler, de dialoguer jusqu’à des heures tardives. Elle a demandé à sa famille et à ses proches d’être fiers de son héritage qui n’appartient plus seulement au Mali, mais au monde entier.
De son coté, le vice-président angolais Bornito de Souza dira que le peuple angolais a une grande estime pour feu Alioune Blondin Bèye pour ses qualités. Il rappellera à ce propos que le diplomate malien s’est consacré à la paix dans son pays, partout en Afrique et dans le monde. Et il a exercé sa mission avec dévouement jusqu’à sa mort.
Sa veuve Bèye Kadiatou Sall dit avoir été un témoin privilégié du travail de médiation de son mari. D’où ce livre qu’elle a écrit pour lui rendre homme afin de parachever son désir d’écrire un livre à la fin du processus de paix en Angola. Comme il n’a pas pu le faire, elle dit l’avoir fait à sa place, soulignant que son défunt mari disait que le processus de paix en Angola ressemble à un long fleuve tumultueux. D’où le choix du nom du livre « Alioune Blondin Beye et la paix en Angola : un long fleuve tumultueux ».
Le ministre Tiébilé Dramé, qui a représenté le gouvernement à cette cérémonie, a indiqué que Me Bèye est la figure emblématique de la diplomatie malienne et l’un des plus grands diplomates africains à qui il a été demandé de s’occuper de la plus grande crise que connaissait le continent à l’époque. Et en moins de 18 mois, rappellera Tiébilé Dramé, il est parvenu à la signature du protocole de Lusaka. Il a rendu hommage à l’Angola pour sa contribution à la libération de l’Afrique, avant de confier les Maliens vivant en Angola aux autorités de ce pays.
« Le pays de Alioune Blondin Bèye voudrait vous confier les Maliens d’Angola pour que vous veilliez sur eux.. », a-t-il déclaré sous les applaudissements de la forte colonie de Maliens d’Angola présente dans la salle.
Cette commémoration a été marquée aussi par la projection d’un film sur le parcours de l’homme et une conférence-débats sur son parcours.

Dieudonné DIAMA

Laisser une réponse