3è congrès ordinaire du Haut conseil islamique du Mali : Chérif Ousmane Haïdara, nouveau Président

0
671
Le célèbre prêcheur a placé son mandat de 5 ans sous le signe de l’union entre tous les fidèles musulmans et la cohésion entre les leaders religieux

Le 3è congrès ordinaire du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) s’est tenu samedi et dimanche au Centre international de conférence de Bamako (CICB).
A l’issue de deux jours de travaux, les 400 participants venus de la presque totalité des régions et cercles du pays, ont élu Chérif Ousmane Madani Haïdara au poste de président de la faîtière des musulmans pour un mandat de cinq ans.
Le nouveau président, qui dirige un bureau d’une soixantaine de membres, a remercié les musulmans pour avoir porté leur confiance sur sa modeste personne. Il a placé son mandat sous le signe de l’union entre tous les fidèles musulmans. Pour lui, les leaders religieux ne doivent jamais accepter d’être divisés. Il n’a pas manqué de rendre hommage au président sortant du HCIM, Mahmoud Dicko, avec qui, il a dit avoir travaillé pendant 16 ans.
«Réconciliation pour la paix» était le thème central de ce 3è congrès ordinaire dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. C’était en présence des chefs des institutions de la République, des membres du corps diplomatique, des autorités politiques, administratives et coutumières de Bamako et de nombreux fidèles musulmans.


Outre l’élection du nouveau bureau, les participants ont examiné les textes du Haut conseil islamique du Mali et adopté un programme d’actions pour les 5 ans à venir. Lors de la cérémonie d’ouverture, le président sortant, Mahmoud Dicko a remercié le président de la République pour son soutien au HCIM. «Vous avez toujours été aux côtés de toutes les communautés religieuses de notre pays et de toutes les confessions», a-t-il témoigné tout en révélant que le gouvernement a pris en charge l’intégralité des frais d’organisation de ce 3è congrès.
«Nous avons voulu placer ce congrès sous le signe de la réconciliation et de la paix qui constituent aujourd’hui deux grands défis auxquels nous sommes confrontés. Le peuple malien a suffisamment de ressources, d’énergie pour pouvoir relever ces défis», a souligné le président sortant du HCIM.
A l’entame de son discours d’ouverture, le chef de l’Etat a invoqué «Dieu de paix, Dieu de miséricorde, Dieu de justice», afin qu’Il nous accorde la paix, la paix des cœurs, la paix des âmes. Le président Keïta a également insisté sur l’entente, la cohésion et l’unité entre tous les fils et filles du pays.
«La complémentarité et l’unité dans la diversité, chacun avec son identité, mais tous pour l’ensemble national, plaise au Ciel que cette diversité subsiste, plaise au Ciel que l’unité soit préservée… Car nous cesserons d’être le Mali le jour où nous cesserons d’être cette belle mosaïque si brillante, si colorée qui est enviée par plus d’un», a prié le chef de l’Etat qui a invité nos compatriotes à s’interroger sur ce qui arrive au Mali et au Sahel en général. Il faisait allusion au “phénomène de l’islam intolérant, sectaire».


Assurant que la réponse sécuritaire est indispensable et que l’Etat ne s’y dérobera pas, le président Keïta soulignera que le Haut conseil islamique, conformément à sa vocation, peut et doit prendre les devants et la parole au profit de l’islam, dans l’intérêt des musulmans.
Le président de la République a chaleureusement remercié le président sortant du HCIM, estimant que celui-ci a accompli pleinement et dignement sa mission.
«Président sortant, vous restez un frère, malgré les divergences qui ont souvent surgi, malgré nos fâcheries d’hommes. Un frère sortant n’existe pas chez moi. Nous serons appelés à continuer de cheminer ensemble, à nous supporter l’un et l’autre, pour le temps qui nous reste ici-bas et je suis heureux et fier d’être ton frère», a conclu le président de la République.
Massa SIDIBE

]]>

Laisser une réponse