59è anniversaire de l’Armée de terre : Une journée dédiée aux anciens chefs du corps

0
179

“Notre armée peut retrouver ses lettres de noblesse d’antan, pourvu que chacun s’y mette”, a conseillé un ancien haut gradé

C’est hier que l’Armée de terre a célébré le 59è anniversaire de son existences sur la Place d’armes de Kati. La cérémonie qui s’est tenue dans une relative sobriété en raison du contexte sécuritaire de notre pays, était présidée par le général Kéba Sangaré, chef d’état-major de l’Armée de terre, en présence du commandant de la 3è Région militaire, le colonel Moussa Soumaré, et des anciens hauts gradés de ce corps.
Le thème retenu pour cette journée était « Histoire de la succession des différents chefs d’état-major à la tête de l’Armée de terre ». Il faut retenir que depuis sa création, l’Armée de terre du Mali a connu vingt-cinq chefs d’état-major qui, chacun à sa façon, a marqué de son empreinte l’évolution de corps. Les festivités de la célébration du 59è anniversaire ont débuté par la revue de la troupe suivie du dépôt de gerbe de fleurs au pied du monument du soldat inconnu par le général Kéba Sangaré.
Ouvrant la séquence des interventions, le commandant de la 3è Région militaire a indiqué que la Journée de l’Armée de terre (JAT) est un moment de souvenir, de reconnaissance, de solidarité et surtout de recueillement et de prières pour la mémoire de leurs illustres et vaillants devanciers tombés au champ d’honneur pour notre chère patrie.

« En fait, dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix, nous avons reçu de nouveaux camarades et compagnons d’armes issus du processus de DDR (démobilisation, désarmement et réinsertion) accéléré. Ces éléments vont bientôt rejoindre leurs unités d’affectation. Je voudrais une fois de plus insister sur la facilitation de leur intégration dans nos rangs. Pour cela, je vous invite, chacun à son niveau, d’avoir un esprit de camaraderie sans faille et d’être un guide pour eux », a exhorté l’officier général.

Au nom des anciens chefs d’état-major de l’Armée de terre, le général à la retraite Khalifa Keïta a rappelé que l’embryon qui a donné les FAMa, est l’Armée de terre dès les premières heures de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale. Selon lui, la décision de créer une armée nationale, a été d’une haute portée historique, compte tenu de la situation géopolitique et géostratégique de l’époque. « Notre situation actuelle ne doit pas être prise comme une fatalité et il n’est pas trop tard pour retrouver les lettres de noblesse des forces armées d’antan, pourvu que chacun y mette du sien », a conseillé le haut gradé à la retraite. Avant d’ajouter que des pays qui ont été partiellement ou entièrement envahis par l’ennemi, participent de nos jours à la gestion du monde.

A tout seigneur, tout honneur, le chef d’état-major de l’Armée de terre s’est dit animé par un sentiment de fierté et surtout de joie de voir que pendant 59 ans notre armée qui a traversé des moments très difficiles, malgré tout continue à montrer ses beaux pas.
Le général Kéba Sangaré a estimé que cet anniversaire est un moment de compassion pour toute l’Armée de terre d’abord, mais aussi pour toute l’armée du Mali. « Nous restons liés à la devise de l’Armée de terre, je salue le courage de tous les militaires engagés aujourd’hui dans le théâtre des opérations surtout les familles des militaires », a déclaré le général Kéba Sangaré, confiant. il a eu une pensée pieuse pour nos disparus, et a également souhaité prompt rétablissement à tous les blessés. L’occasion était bonne pour le général Kéba Sangaré de rappeler que le message de feu capitaine Sékou Traoré, ancien chef d’état-major, du 1er octobre 1960, lors de la naissance de l’Armée malienne, reste d’actualité.

Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse