Accidents de la circulation routière : L’ANASER compte harmoniser les statistiques

0
82

L’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser) ambitionne de mettre à la disposition des différents acteurs de la sécurité routière des données fiables et harmonisées sur les accidents de la circulation routière au titre de 2019. Cet établissement public à caractère administratif a, à cet effet, organisé, mercredi dans ses locaux, une rencontre d’échanges de validation des statistiques d’accidents de la circulation routière au titre de l’année 2019. Les travaux, dirigés par le conseiller technique au ministère des Transports et de la Mobilité urbaine, Ousmane Bah Maïga, se sont déroulés en présence de la directrice de l’Anaser, Mme Diadji Sacko.
Après avoir rappelé l’ordre du jour, la directrice de l’Agence a annoncé qu’à travers cette rencontre, les acteurs de la sécurité pourront disposer de statistiques fiables et harmonisées. Elle ajoutera qu’aux termes des différentes présentations, il sera procédé à la compilation des statistiques des directions générales de la Gendarmerie et de la Police nationale pour servir de statistiques nationales au titre de 2019. Mme Diadji Sacko a, par ailleurs, signalé que le comité de rédaction soumettra un rapport aux participants pour observation à partir duquel rapport, les différentes recommandations de la rencontre seront dégagées.
Dans son intervention, le conseiller technique a indiqué que l’actualité contraint au respect des règles d’hygiène. « D’une réunion élargie les années passées, nous avons convié cette année une rencontre restreinte pour respecter les mesures de prévention du coronavirus (Covid-19). Pourtant, l’insécurité routière a des conséquences pires que toutes les maladies et même les catastrophes », a déclaré Ousmane Bah Maïga.
À titre d’illustration, il rappellera que de 2000 à 2018, les catastrophes naturelles ont fait 500.000 morts dans le monde, contre 900.000 décès causés par les guerres et conflits. Pendant la même période, les accidents de route ont tué 25.000.000 de personnes dont 2 millions d’enfants âgés de 0 à 14 ans. « Pourquoi malgré le fléau des accidents de la route, l’insécurité routière est peu prise en charge ?», s’est-il interrogé.
Rappelons que l’Agence nationale de la sécurité routière est chargée, entre autres, de participer à la définition des règles en matière de circulation et de sécurité routière et veiller à en assurer le respect ; d’entreprendre toutes études nécessaires à l’amélioration de la sécurité routière ; d’entreprendre toutes actions de formation, d’information, de communication et de sensibilisation des usagers de la route ; de gérer la banque des données de la sécurité routière.

Aminata DIAKITÉ

Laisser une réponse