Actions conjointes contre les groupes armés terroristes dans le Liptako et le Gourma

0
608

Bamako, 17 janvier (AMAP)  La force Barkhane, aux côtés des forces armées maliennes, burkinabè et nigériennes et de la force conjointe G5 Sahel ont mis hors de combat d’une quinzaine de terroristes, saisi ou détruit trois pick-up, sept motos, une vingtaine d’armes dont 3 PKM, 10 Ak47, plus de 4500 munitions et divers matériels, annonce un communiqué de la Cellule communication de l’Opération Barkhane.

Un drapeau de l’Etat islamique a, également, été saisi. « Ces opérations, comme les précédentes, contribuent à assécher les ressources des groupes armés terroristes et à désorganiser leur logistique, affaiblissant ainsi l’ensemble de leur organisation », ajoute la même source.

Plus de 1000 soldats, dont la moitié issue des forces partenaires, ont participé à ces opérations conjointes menées, depuis le 2 janvier, contre les groupes armés terroristes et leur organisation logistique, dans le Liptako et le Gourma plus de 1000 soldats, dont la moitié issue des forces partenaires.

La force Barkhane, en coordination avec les forces partenaires, avait pour mission de contrôler le secteur de Tessit (Nord du Mali) et, plus largement, une grande partie de l’est du Gourma, tandis que la force conjointe G5 Sahel, opérant dans son propre secteur, avait pour mission d’en reconnaître et contrôler le sud.

La coordination et l’attribution d’un secteur pour chaque force ont permis de couvrir une large zone, « déstabilisant ainsi plus largement les réseaux des groupes armés terroristes et bloquant leurs flux logistiques », poursuit le communiqué. En parallèle, la force Barkhane et les forces armées maliennes ont contrôlé le secteur d’In Delimane, dans le Liptako.

Cette intervention a été marquée par une vaste opération héliportée de près de 150 soldats français qui a permis de ratisser, sur plusieurs jours, une vaste zone à proximité de la frontière burkinabè. Pendant toute la durée de l’opération, la force conjointe G5 Sahel a maintenu un dispositif face à la frontière bloquant tout terroriste cherchant à s’exfiltrer en franchissant les frontières.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la Bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

MD (AMAP)

Laisser une réponse