Affichage publicitaire au Mali : Les acteurs font front commun

0
245

Le groupement professionnel des agences de communication (GPAC),  le ministère en charge de la Communication, celui du l’Administration territoriale et de la Décentralisation, la mairie du district de Bamako et ses six communes, les mairies environnantes de Kati et de Kalaban coro ont paraphé hier une convention sur l’affichage publicitaire au Mali.
Présidée par le ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions et Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, la cérémonie de signature s’est déroulée au gouvernorat du District de Bamako. C’était en présence du secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Adama Sissouma, du gouverneur du District de Bamako, Babahamane Maïga et du président du GPAC, Sidi Dagnoko.
Un véritable désordre semble s’être installé dans le secteur de la publicité au Mali. En témoignent les affichages publicitaires anarchiques visibles le long des routes et dans les espaces publics. Ces derniers véhiculent tout genre de messages. Le GPAC lutte depuis maintenant vingt ans pour réguler ce secteur.
Finalement, c’est cette année que les différents acteurs de la publicité sont parvenus à une entente finale et concertée. « Avec la présente convention, l’affichage publicitaire à Bamako et environ sera finalement règlementé et structuré. Ce, pour une publicité plus productive et professionnelle », a détaillé le président du GPAC Sidi Dagnoko.
Le Comité de certification créé par l’accord aura comme mission d’identifier tous les supports publicitaires et leurs propriétaires opérant dans le District de Bamako et environ, a informé le patron du GPAC, précisant que désormais chaque organe publicitaire aura un numéro de certification facilitant son identification et son contrôle régulier.
La régulation stricte de la publicité va faciliter la collecte et la mobilisation des recettes aux collectivités. Ces dernières pourront émettre des factures aux agences publicitaires en se basant sur les données du Comité de suivi des agences publicitaires, a précisé le président du GPAC. Une affirmation partagée par le représentant des maires, Assane Sidibé. Le jeune adjoint au maire de la Commune IV n’a pas caché sa joie de voir qu’enfin la cause pour laquelle la collectivité a mené un plaidoyer depuis des années devient une réalité.
Par ailleurs, Sidi Dagnoko a annoncé qu’ils vont prochainement procéder à la désinstallation de tous les supports qui ne sont pas en règle, avant d’affirmer que la publicité marchera désormais avec des normes viables et efficaces.
Rappelons que cette régulation concerne pour un début le District de Bamako et ses environs. Elle s’étendra ensuite au reste du pays. Sidi Dagnoko a sollicité le ministre en charge de la Communication, pour transformer ledit accord en arrêté ministériel.
Le ministre Yaya Sangaré a évoqué les dangers accidentels que présentent les affiches publicitaires anarchiques. Et de préciser que les pourparlers qui ont abouti à la convention ont concerné plusieurs ministères. Notamment ceux de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, de la Sécurité et de la Protection civile et des Transports et de la Mobilité urbaine.

Amadou B. MAÏGA

Laisser une réponse