Afrobasket féminin U18 : MALI-ANGOLA, TOUT SAUF LA DÉFAITE

0
2389

Les championnes d’Afrique (ici en blanc) ont toutes les cartes en main pour battre l’Angola


Les Aiglonnes ne jurent que par la victoire qui leur permettrait de terminer en tête de la poule et d’affronter le quatrième du groupe A, le Cap-Vert
Après la RD Congo largement dominée 99-33 lors de sa sortie initiale, la sélection nationale junior a encore déroulé face à l’Ouganda, battu sur le score sans appel de 132-35. Aujourd’hui à 16h dans la salle de Maxaquene à Maputo, les championnes d’Afrique en titre se frotteront à l’Angola pour la première place du groupe B. Cette rencontre s’annonce comme une finale avant la lettre.
En effet, à l’instar du Mali, l’Angola fait partie des favoris du tournoi et tous les regards seront braqués sur cette belle affiche entre deux sélections qu’on ne présente plus. Sur le papier, les Maliennes aborderont la partie avec les faveurs du pronostic et si la capitaine Mariam Dramé et ses coéquipières jouent à leur meilleur niveau, elles ont de bonnes chances d’enchainer avec un troisième succès qui leur permettrait de terminer en tête de la poule.
Non seulement les Aiglonnes disposent de plus d’individualités que les Angolaises, mais en plus, l’équipe a le moral gonflé à bloc après sa démonstration contre l’Ouganda. La sélection qui sortira vainqueur du duel affrontera le Cap Vert en quart de finale.
L’heure de la vérité a donc sonné pour le sélectionneur Amadou Bamba et ses protégées avec ce choc contre l’une des meilleures nations de basket-ball du continent. La rencontre promet une belle empoignade, mais le technicien reste serein et confiant. «Nous jouerons notre dernier match de phase de poules contre l’Angola pour la première place de la poule. Depuis le début du tournoi, nous nous sommes fixés comme objectif de rempoter toutes les rencontres.
Nous ne sous estimons aucun adversaire, mais je le répète, notre objectif est le sacre et nous nous battrons pour ça», promet le sélectionneur des Aiglonnes. La capitane Mariam Dramé aborde dans le même sens que son entraîneur. «Il n’y a qu’un seul mot d’ordre, tout sauf la défaite. Nos ainés ont conservé leur titre, pourquoi pas nous aussi ? Face aux Angolaises nous allons tout mettre en œuvre pour remporter la rencontre et garder notre place de leader du groupe. Nos demandons des bénédictions au peuple malien pour la suite de la compétition», dira Mariam Dramé.
Pour le directeur technique de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB), Djénébou Sanogo, les Aiglonnes ont laissé une bonne impression, lors des deux premières journées et ont toutes les cartes en main pour prolonger la série, aujourd’hui contre les Angolaises. «Depuis le début du tournoi les joueuses maliennes laissent une bonne impression.
Elles sont combatives, solidaires sur le plancher et leur jeu est fluide. Comparé à beaucoup d’autres sélections présentes à cet Afrobasket, je pense que le Mali a des atouts importants qui peuvent lui permettre de se hisser à nouveau sur le toit du continent», analysera l’ancienne internationale qui note également que les Aiglonnes, version Amadou Bamba peuvent compter sur plusieurs rebondeuses. «C’est une équipe interchangeable, espérons qu’elle va rendre la copie de ses deux premières sorties face aux Angolaises, ce mercredi», complètera Djénébou Sanogo, présente à Maputo.
Avant le duel entre le Mali et l’Angola, le public de la salle Maxaquene assistera, d’abord à l’explication entre la RD Congo et l’Ouganda. Une rencontre de prestige pour les deux pays qui vont probablement s’arrêter avant le dernier carré. Dans la poule A, l’hôte du tournoi, le Mozambique mène le bal, devant le Rwanda, l’Egypte et le Cap Vert. Dans cette poule, les matches de la troisième journée étaient prévus, hier mardi. Lors des deux premières journées, les Mozambicaines ont dominé, respectivement le Cap Vert (61-32) et le Rwanda (53-46), alors que la sélection rwandaise a battu l’Egypte (46-37), avant de s’incliner contre le Mozambique (53-46).
Les deux premiers de cette 14è édition de l’Afrobasket féminin U18, c’est-à-dire, le vainqueur et le finaliste, représenteront l’Afrique à la prochaine Coupe du monde de la catégorie.
Envoyé spécial
Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse