Afrobasket U18 : LE MALI PREND LA TÊTE DE LA POULE B

0
2289

Grâce à leur large victoire 132-39, face à l’Ouganda, les juniors maliennes ont pris les commandes de leur poule, en attendant le choc avec l’Angola, demain mercredi à Maputo
La sélection nationale junior a effectué sa deuxième sortie, hier à l’Afrobasket contre l’Ouganda. Comme lors de leur sortie initiale, face à la RD Congo corrigée 99-33, les championnes d’Afrique en titre ont encore fait forte impression, en infligeant un cinglant 132-39 à l’Ouganda, soit 93 points de différence. Dès le premier quart temps, les protégées du sélectionneur Amadou Bamba ont tué le suspense en s’imposant largement 31-4.
Assétou Sissoko et Sika Koné ont inscrit 8 points chacune là où les Ougandaises n’ont marqué que 2 petits paniers. Au deuxième quart temps, la sélection ougandaise va tenter de revenir dans le match mais les championnes d’Afrique ne l’entendaient pas de cette oreille.
Dominatrices dans tous les compartiments, elles poursuivront leur démonstration en portant le score à 64-10 à la mi-temps, soit 54 points d’écart. Les deux derniers quarts temps ne seront qu’une simple formalité pour les juniors maliennes qui infligeront une véritable correction à leurs adversaires, finalement battues 132-39. Avec 23 points, Gnéré Alima Dembélé a terminé meilleure marqueuse de cette rencontre (23 points) que les Ougandaises n’oublieront pas de si tôt.
La sélection nationale signe, ainsi son deuxième succès en autant de sorties et prend la tête du groupe B grâce une meilleure différence de points, devant l’Angola.
Demain mercredi, la capitaine Mariam Dramé et ses co-équipières affronteront l’Angola, avec comme enjeu la première place du groupe. Cette rencontre promet une belle empoignade, puisque Maliennes et Angolaises sont considérées, avec les Mozambicaines et les Egyptiennes, comme les favorites de cette 14è édition de l’Afrobasket féminin U18.
Sur papier, les Maliennes aborderont la partie avec les faveurs du pronostic et si les championnes d’Afrique jouent à leur meilleur niveau, il sera difficile pour l’Angola de les arrêter.
Envoyé spécial
Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse