Afrocan 2019 : LES AIGLES DANS LA DOULEUR

0
256

Les Aigles saluant les supporters après la rencontre

Le coup d’envoi de la première édition de l’Afrocan a été donné vendredi, avec le match Maroc-Tchad (80-75). 24h après cette rencontre, la cérémonie d’ouverture de la compétition s’est déroulée au Palais des sports Salamatou Maïga, en présence d’une belle brochette de personnalités, dont le ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré et ses collègues Traoré Seynabou Diop (ministre des Infrastructures et de l’Equipement) et Me Jean Claude Sidibé (Emploi et Formation professionnelle). Le président de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB), Harouna B. Maïga était également présent dans la salle. Toutes ces personnalités étaient venues pour assister au lancement officiel du tournoi, mais surtout pour donner de la voix aux Aigles, dont l’entrée en lice contre l’Algérie était prévue aussitôt après la fin de la cérémonie.
Le match était très important pour les Aigles pour la simple raison qu’ils sont hôtes du tournoi et à ce titre, n’avaient pas droit au faux pas pour leur première sortie. Si le capitaine Ibrahim Djambo et ses coéquipiers ont répondu présents, en s’imposant 70-68, force est d’admettre que le public a souffert jusqu’au bout lors de cette sortie initiale de la sélection nationale. En effet, les Algériens ont fait la course en tête pendant presque toute la rencontre et c’est dans les dernières secondes de la partie et au moment où tout le monde pensait que les carottes étaient cuites, que le Mali s’est réveillé pour finalement s’imposer sur le fil 70-68, soit un panier d’écart. Le panier de la victoire a été marqué par Mahamadou Kanté et après cette réalisation, toute la salle, y compris les trois ministres présents dans les gradins, s’est levée pour saluer l’exploit des Aigles. «Mali, Mali, Mali… », ont scandé les spectateurs. Pour la sélection nationale, tout s’est donc joué dans le dernier quart-temps.
Le public du Palais des sports avait presque perdu son souffle au moment où l’équipe est revenue au score. Tout le monde voyait la défaite des Aigles, parce qu’il ne restait plus que 1’20sec et les hommes de Rémi Guita étaient menés à 66-60. Heureusement, le capitaine Ibrahim Djambo et ses coéquipiers ont réussi à faire l’essentiel, c’est-à-dire, empocher le gain de la partie. Mais que ce fut dur pour l’équipe. «C’est un match qui s’est joué dans la tête. On a essayé d’ajuster les choses, on n’a pas fait une bonne entame de la rencontre. Mais à la fin, on a assuré grâce aux conseils du coach. Après, nous avons augmenté l’intensité dans le jeu en défense mais aussi en attaque, ce qui nous a permis de prendre la possession du ballon. Ils ont commis des fautes offensives et on a eu de la réussite dans les shoots dans les 5 dernières minutes», a réagi le capitaine des Aigles, Ibrahim Djambo à la fin de la rencontre.
Le sélectionneur malien, Rémi Guita, s’est également réjoui du succès de l’équipe, mais a avoué qu’il faut revoir la copie. «Avant tout, je tiens à féliciter mes joueurs, parce qu’ils ont montré des vertus, ils n’ont pas lâché. C’est vrai qu’on était mal embarqués pendant 35 minutes au cours desquelles on a joué un basket avec beaucoup de crispation et beaucoup de maladresse. Que ça soit les lancers francs, les trois points, on ne jouait pas justement. Je n’ai pas reconnu l’équipe que j’ai entraînée pendant trois semaines», a analysé le technicien français. Il ajoutera : «Je pense qu’on a mal abordé le match, mais on a fait preuve de courage et de cœur, parce qu’on n’a jamais lâché. Je crois que c’est ce qui nous a permis d’y croire et de remporter ce match. Même si c’était un contexte très difficile, on va se servir de ce match pour aborder les prochaines sorties. Nous allons continuer à travailler et corriger ce qui n’a pas marché aujourd’hui (samedi, ndlr), mais c’était important de commencer la compétition avec une victoire».
Dans le camp algérien, la déception fut grande. Le technicien Bilal Faid a eu toutes les peines du monde pour expliquer ce qui est arrivé à ses protégés. Il a pointé du doigt l’arbitrage du Congolais Banza Kalume, tout en reconnaissant la supériorité des Aigles. «Nous avons mené pratiquement toute la partie. Comme par hasard en fin de match, il y a eu quelques bêtises de notre part et je dirais un tout petit peu de la part de l’homme en noir, je veux dire l’arbitre. Comme les joueurs, comme les arbitres, on peut faire des erreurs. Pour nous, c’est une équipe très jeune, la moyenne d’âge est de 23 ans. La plupart de mes joueurs sont à leur première participation à une compétition continentale», a dit le coach algérien. Et d’ajouter : «Avec un public pareil, une fin de match palpitante, il y a eu de la pression dans le jeu, c’est une expérience pour mes jeunes joueurs. Sincèrement, le Mali a mérité sa victoire dans les 5 dernières minutes de la rencontre. C’est ça le basket, félicitations au Mali».
A l’instar de son entraîneur, le capitaine de la sélection algérienne, Zakaria Guezout soulignera, lui aussi, les errements de l’équipe en fin de match et le manque d’expérience de certains éléments. «C’est dommage de perdre ce match, parce qu’on a tout donné aujourd’hui. On a su mettre l’impact, on a su jouer notre jeu, nous avons fait un très bon match pendant les trois premiers quarttemps. Malheureusement, on a mal géré la fin de la rencontre en commettant également des erreurs. Il faut oublier ça pour se concentrer sur la prochaine sortie», a confié l’international algérien. Le deuxième match des Aigles était prévu hier, dimanche face à la Côte d’Ivoire.
Dans notre édition de demain, nous reviendrons sur ces confrontations et les autres résultats de cette première édition de l’Afrocan, Bamako 2019.

Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse