Agence malienne de radioprotection: LE BUDGET 2019 EN BAISSE

0
419

Le représentant du ministre de l’Energie et de l’Eau, Famakan Kamissoko, a présidé, la semaine dernière, la 18ème session du conseil d’administration de l’Agence Malienne de radioprotection (AMARAP). La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du directeur général de l’AMARAP, le Dr Nagantié Koné et des administrateurs. Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette session budgétaire : le procès-verbal de la session précédente, le programme d’activités de l’année 2019 et le projet de budget 2019.
Au titre de l’année 2019, le budget de l’AMARAP est arrêté en recettes et dépenses à 403.999.632 de FCFA. Le budget prévisionnel pour l’exercice 2019 est en baisse de 8,51% par rapport à celui de 2018, qui se chiffre à 441.572.132 de FCFA. Cette baisse découle de la diminution de la subvention accordée aux établissements publics. Les activités de l’AMARAP sont basées sur la délivrance d’autorisation, la surveillance dosimétrique, l’inscription à la dosimétrie. L’AMARAP effectue des formations, contrôle les denrées et le territoire à travers des prises d’échantillons, qui seront analysés au laboratoire. L’agence mène des inspections régulières ou inopinées auprès de certaines structures détentrices des sources de rayonnements.
L’objectif de ces opérations est de s’assurer que les conditions de sûreté et de sécurité requises pour la protection de la personne humaine et de son environnement sont respectées.
Le représentant du ministre a souligné que «de nos jours, la situation sécuritaire dans la bande africaine sahélo-saharienne requiert d’accorder une attention toute particulière aux questions de sécurités nucléaire. Dans ce contexte la sécurité nucléaire est devenue un enjeu important, au cours de l’organisation des grands événements politiques, sportifs, culturels».
A cet effet, l’AMARAP a élaboré et accompli la révision du plan d’action sur la sécurité nucléaire en collaboration avec l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) , la poursuite des activités pour l’établissement de la carte radiologique du territoire, l’élaboration d’une stratégie de détection en matière de sécurité nucléaire.
L’AMARAP a tenu en février 2018 la réunion préparatoire du forum des autorités réglementaires du nucléaire des pays du G5 Sahel et du Sénégal. L’objectif était d’intégrer l’aspect sécurité nucléaire dans les procédures de sécurité globale des pays qui se partagent cet espace.
«Dans cette démarche il y a lieu d’élaborer «l’architecture nationale de sécurité nucléaire», a indiqué l’expert Famakan Kamissoko, ajoutant que ce travail consiste pour les pays à mettre en place les dispositions adéquates pour la prévention, la détection et la réponse en cas de situation de sécurité nucléaire.
A ce jour, lAMARAP a enregistré des avancées significatives, notamment la mise sous contrôle de 547 sources de rayonnements réparties dans 135 établissements, la délivrance de 342 autorisations aux établissements détenteurs de sources de rayonnement, l’accomplissement de 172 contrôles (inspections) dans les établissements détenteurs de sources de rayonnement ionisants. L’AMARAP a aussi assuré le suivi dosimétrique d’environ 600 travailleurs affectés aux travaux sous rayonnement ionisant et le suivi des conventions et traités internationaux du domaine nucléaire dont notre pays est membre.
B. B. C

Laisser une réponse