Aide aux migrants de retour : UN NOUVEAU PROJET DE SOUTIEN PSYCHOSOCIAL

0
768
La réintégration durable des migrants, une fois de retour au pays, est un souci majeur du gouvernement. Mais, il faut avoir les capacités requises pour répondre aux besoins psychosociaux des migrants et une implication des autorités afin de faciliter les conditions de réintégration. C’est dans une vision globale de soutenir le gouvernement que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en partenariat avec Coopération internationale (COOPI), une ONG italienne, a procédé, mercredi dernier à l’hôtel Salam, au lancement officiel du «Projet d’appui à la réintégration durable des migrants de retour au Mali par le soutien psychosocial».
La cérémonie était présidée par Mme Tangara Nema Guindo, représentante du ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine. C’était en présence du chef de mission de l’OIM, Pascal Reyntjen, du chef de mission de COOPI, Marco Falcone et de la représentante du chef de la Coopération internationale suisse dans notre pays, Martina Durrer.
Le programme d’appui à la réintégration durable des migrants de retour au Mali vise à soutenir la réintégration globale et durable des migrants de retour dans leurs familles et communautés d’origine à travers le renforcement des capacités du gouvernement et de la société civile, en termes d’assistance psychosociale des intéressés. Ce projet est financé par la Coopération suisse à hauteur de 160 millions de Fcfa pour une durée d’exécution de 12 mois et plus de 5.000 personnes en sont bénéficiaires. Il couvrira le district de Bamako et Kita (Kayes).
Le chef de mission de l’OIM a rappelé les violations auxquelles sont confrontés les migrants. Il s’agit, entre autres, des tortures, de leur réduction en esclavage, des violences sexuelles et psychologiques.
«Ce projet est le signe de l’importance que nous accordons au soutien psychologique de ceux que nous assistons», a-t-il déclaré. Selon lui, le projet permettra certainement la réintégration des migrants de retour au Mali dans leurs familles et communautés d’origine. Enfin, Pascal Reyntjens a témoigné de sa reconnaissance au gouvernement, à la Coopération suisse et d’autres acteurs associés pour l’initiative.

Le projet vise la réintégration globale et durable des migrants de retour dans leurs familles et communautés d’origine


De son côté, le chef de mission de la Coopération internationale a expliqué que le projet s’inscrit parfaitement dans leur stratégie multisectorielle et confirme leur engagement à soutenir le gouvernement et les communautés affectées dans le processus de réintégration des migrants de retour au Mali. Dans cette perspective, il a ajouté que sa structure sera responsable des activités d’appui psychosocial et psychologique des migrants dans les centres de transit et dans leurs communautés d’origine. Quant à la représentante de la Coopération suisse, elle s’est réjouie de la collaboration de longue date qui existe entre son pays et le Mali. «Notre partenariat existe depuis plus de 40 ans. Il va continuer et il sera basé sur la construction de projets durables», a indiqué Martina Durrer. Par ailleurs, elle a salué les efforts du gouvernement avec la mise en œuvre de la Politique nationale en matière de migration.
Pour sa part, Mme Tangara Nema Guindo a rendu hommage à la Coopération suisse et à l’OIM pour cette initiative de réintégration des migrants. Elle a aussi rappelé l’apport capital des migrants dans le développement de notre pays.
La représentante du ministère en charge des Maliens de l’extérieur a aussi reconnu que le Mali doit relever des défis, au regard de nombreuses violations dont sont victimes les migrants. En outre, elle a souligné que le gouvernement a réalisé plusieurs actions en faveur des migrants, notamment la mise en place du Fonds de soutien aux migrants. Elle n’a pas manqué de souligner la disponibilité du gouvernement à accompagner la mise en œuvre cohérente de ce projet.

Mohamed D.
DIAWARA

]]>

Laisser une réponse