AMANORM : NÉCESSAIRE PROMOTION DE LA QUALITÉ POUR PLUS DE COMPÉTITIVITÉ DE NOS PRODUITS

0
685
L’Agence malienne de normalisation et de la promotion de la qualité (AMANORM) a tenu, hier, la 7è session de son conseil d’administration. Cette rencontre d’orientation stratégique et budgétaire, qui a été présidée par le ministre du Développement industriel et de la Promotion des Investissements, Moulaye Ahmed Boubacar, a enregistré la présence du directeur général de la structure, Sékou Salah Ombotimbé et nombres d’invités.
Au cours des travaux, les administrateurs ont statué sur le budget 2019 de l’Agence, qui est chiffré en recettes et en dépenses à la somme de 268.734.000 Fcfa, contre 292.105.000 Fcfa en 2018, soit une réduction de 8%, a précisé son directeur général, interrogé à la fin de la cérémonie d’ouverture.
Intervenant à l’ouverture pour partager sa vision avec les administrateurs, le ministre de tutelle a rappelé que les travaux de 2019 démarrent dans un contexte aux enjeux multiples.
A cet effet, Moulaye Ahmed Boubacar a cité la faible compétitivité des entreprises nationales et de leurs exportations, l’ouverture des marchés communautaire et régionale, l’opérationnalisation de la Zone de libre échange continental (ZLEC), la globalisation et la libre circulation des biens et services, le renforcement des Obstacles techniques au commerce (OTC). Aussi, malgré sa position de troisième économie de l’espace UEMOA, notre pays peine encore à obtenir un niveau satisfaisant d’exportation de ses biens et services : une condition sine qua non à son développement industriel, a rappelé le ministre chargé de la promotion des investissements.
D’où l’urgence, selon lui, pour notre pays d’accroitre son taux d’exportation. Pour ce faire, le Mali devra forcément, a-t-il insisté, disposer d’un tissu industriel performant et diversifié permettant de fournir «des produits et services d’excellente qualité, respectueux de l’environnement, compétitifs sur le marché national et capable d’accéder aux marchés communautaire et international». Pour lui, c’est seulement à ce prix que le Mali se maintiendra sur la voie de son émergence économique, conformément au projet de société du président Ibrahim Boubacar Keita, «Notre Grand Mali avance».
En la matière, le ministre Moulaye Ahmed Boubacar dit compter sur une satisfaction de ces différents soucis exprimés, à travers l’élaboration de normes nationales pertinentes, prenant en compte les vrais besoins de développement socioéconomique du pays, la promotion de l’application des normes nationales, communautaires et internationales, la certification de conformité aux normes des produits, services et système, l’accréditation des organismes d’évaluation de la conformité et le développement de la culture qualité dans toutes les sphères de la vie socioéconomique du Mali.
Rappelons que le conseil d’administration de l’AMANORM est l’organisme national chargé de coordonner et d’assurer le suivi des actions de développement de l’Infrastructure nationale de la qualité (INQ).

Aminata Diakité

]]>

Laisser une réponse