Arts et culture : Le centre Makoro offrira un espace propice à la création

0
302

Un centre d’art aux normes internationales sortira de terre à Bamako avant fin 2021. C’est en tout cas ce qu’espère le peintre Amadou Sanogo. Le promoteur du futur Centre Makoro l’a fait savoir mardi dernier au cours de la cérémonie de lancement du projet au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (CAMM-BFK). Cette cérémonie a regroupé des membres du gouvernement et du corps diplomatique, des étudiants et des professeurs du Conservatoire, des artistes, des opérateurs culturels et les représentants des différents contributeurs.
Le Centre Makoro sera construit dans le quartier de Sogonafing, au-dessus des falaises qui bordent le camp des gardes de N’Tominkorobougou. Il s’étalera sur une superficie totale de 800 m2. Selon Sébastien Philipe, l’architecte français qui a fait la conception, le bâtiment aura trois niveaux et un rez-de-jardin.
L’accueil et l’administration seront au niveau rez-de-jardin, tout comme une galerie d’exposition de 200 m2. Quant au restaurant et l’espace de travail ou de création de 300 m2, ils sont prévus au rez-de-chaussée. Des chambres pour la résidence de création et une autre salle d’exposition seront situées à l’étage.
L’architecte a ajouté que l’édifice sera construit en matériaux locaux (les pierres et les briques en banco stabilisé). D’un coût total de 340 millions de Fcfa, le financement est assuré par l’artiste lui-même et des entreprises privées comme Total-Mali, Bicim, Bramali, Diago et la Satom. Pour le moment, les études de sol sont terminées et le début des travaux est pour bientôt, car l’entreprise de construction sera choisie dans les jours à venir. Il est prévu dans le chronogramme que le bâtiment soit livré fin 2021, précise l’artiste.
La ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, a remercié vivement la direction de Total-Mali et tous les autres partenaires qui ont accepté de financer ce projet. Elle a rappelé que Total est un partenaire assidu de la promotion de la culture du Mali. Même si le secteur n’est pas son domaine de prédilection, l’entreprise intervient pour accompagner des jeunes en vue de leur plein épanouissement au grand profit du développement durable de notre pays.
Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo a ajouté qu’elle fonde l’espoir que ce lancement inaugure une nouvelle approche de partenariat public-privé innovant, qui pose un regard neuf sur les industries culturelles, et qui, au-delà du mécénat classique, positionne l’art, la culture et le patrimoine comme de véritables sources d’emplois inépuisables et des niches de richesses durables.
La ministre de la Culture a affirmé sa foi en la capacité du promoteur Amadou Sanogo de faire du Centre Makoro un espace participatif et inclusif, qui allie la culture, le divertissement et les différentes disciplines artistiques.
Quant à Adje Kakou, directeur de Total-Mali, il a indiqué que son entreprise souhaite s’impliquer davantage dans l’appui à quatre secteurs : l’éducation et la formation, la jeunesse, le climat et l’environnement et le dialogue des cultures et du patrimoine. Il a ajouté qu’en s’impliquant dans la création de ce genre de centre, qui est une première en Afrique, Total Mali veut contribuer à donner une nouvelle impulsion à la création artistique qui est sans nul doute une source de richesse et de développement d’un pays.

Youssouf DOUMBIA

Laisser une réponse