Audit du fichier électoral : Le premier ministre reçoit le rapport

0
439

Le chef du gouvernement saluant le président de la CENI

Avec 7.663.464 électeurs repartis entre 12.469 centres de vote et 22.147 bureaux sur toute l’étendue du territoire, le fichier électoral peut permettre la tenue d’élections législatives crédibles. C’est la principale conclusion du rapport d’audit du fichier électoral remis hier après-midi au Premier ministre, Dr Boubou Cissé au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée à la Primature. On notait la présence à la rencontre du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Amadou Bah, du Délégué général aux élections, le général Siaka Sangaré, et des représentants des partis politiques et de la société civile. L’équipe d’audit composée de 12 membres a travaillé pendant sept jours sur le fichier électoral. Il s’agit des trois membres de la CENI, de deux représentants de la majorité présidentielle, deux de l’opposition, d’un représentant des partis non alignés et d’un représentant de la société civile. Trois experts internationaux ont également participé à l’audit du fichier électoral.

Le président de la CENI a rappelé que courant février 2020, le gouvernement du Mali faisant suite à la demande de la classe politique, a saisi la structure pour procéder à l’audit du fichier électoral. Le 19 février dernier, a eu lieu le lancement des opérations d’audit du fichier électoral biométrique, avec comme objectif principal, indiquera Amadou Bah, le renforcement de la confiance des acteurs politiques et des citoyens dans le processus électoral. À cet effet, un comité d’audit conçu dans un format inclusif a été mis en place. Pour le président de la CENI, le fichier électoral a certes des insuffisances, mais il y a des explications par rapport à la présence dans ce fichier des électeurs décédés et de la sous-inscription des jeunes. «Si la première situation est tributaire du système d’état civil au Mali, la seconde peut être réglée par la mise en place de stratégie plus dynamique pouvant inciter les jeunes à se faire inscrire sur la liste électorale», a expliqué Amadou Bah.
Du rapport présenté au Premier ministre Dr Boubou Cissé, il ressort que la spécificité des législatives par rapport à la présidentielle de 2018 a été prise en compte, afin d’étudier les mouvements d’électeurs entre les circonscriptions électorales qui sont 49 cercles et les 6 Communes du District de Bamako. Aussi, le taux d’inscription globale se situe aux alentours de 70%. Il y a l’absence d’un enregistrement exhaustif des décès à l’état civil qui limite la capacité de radiation des commissions car seulement 5% des décès sont enregistrés à l’état civil au Mali. Fort de ce constat, sur le fichier de 2020 et en se basant sur un taux brut annuel de mortalité de 11/1000, environ 400.000 personnes décédées ne seront pas radiées, représentant environ 5,2% du fichier électoral. Mais qu’à cela ne tienne, le comité a jugé l’actualité du fichier électoral  satisfaisante, avec un taux global d’inscription qui se situe aux environs de 70%. Ainsi, sur la base des analyses et investigations réalisées, le comité d’audit conclut que le fichier électoral contenant 7.663.464 électeurs repartis entre 12.469 centres de vote et 22.147 bureaux de vote peut permettre en 2020, la tenue d’élections législatives crédibles.
Après avoir reçu le rapport, le Premier ministre a remercié l’ensemble des acteurs qui ont concouru à l’élaboration de l’audit du fichier électoral sous sa forme biométrique, version 2020. Selon Dr Boubou Cissé, le travail qui lui a été présenté, a été jugé crédible par l’ensemble des membres du comité. Toute chose qui pourrait permettre d’aller vers des élections crédibles, transparentes et apaisées. «C’est vraiment le souhait le plus ardent du gouvernement», a insisté le chef du gouvernement. «C’est un audit qui a été voulu par le gouvernement, au regard de la sensibilité de la question qui touche le fichier électoral, mais surtout notre vœu de chercher à organiser des élections qui soient les moins contestées possibles, crédibles, transparentes et apaisées», ajoutera Dr Boubou Cissé.
Pour le Premier ministre, l’objectif a été atteint, même s’il y a encore des insuffisances et faiblesses. Il a donc rassuré les uns et les autres que le gouvernement est disposé à les prendre en charge et les corriger dans les meilleurs délais possibles.

Dieudonné DIAMA

Laisser une réponse