Autonomisation de la femme : Un projet pour concrétiser l’égalité des chances

0
303

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Diakité Aïssata Kassa Traoré, a présidé, jeudi dernier au CNDIFE, l’atelier de validation du Programme de développement pour l’autonomisation de la femme, de la famille et de l’épanouissement de l’enfant (PRODAFFE I) 2020-2024 et ses plans de communication et d’appui institutionnel. L’ouverture des travaux a enregistré la présence de l’ambassadeur du Canada au Mali, François Picard, et de la représentante du maire de la Commune III, Mme Bagayogo Aminata Sanogo.
Le PRODAFFE I 2020-2024 et ses plans de financement et d’appui institutionnel, a soutenu Dr Diakité Aïssata Kassa Traoré, constituent des instruments d’opérationalisation du plan décennal sur les cinq prochaines années.
«Ce document intègre les préoccupations et les intérêts stratégiques des femmes, des filles, des hommes et des garçons», a-t-elle ajouté.
Par ailleurs, la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a rappelé que les questions de droits humains et d’égalité de genre font l’objet d’une attention particulière depuis un certain temps, eu égard à leur rôle dans la réalisation des objectifs de développement et de leur transversalité». Elle a aussi affirmé que l’intégration de ces approches dans la planification des principaux secteurs de développement contribue de manière inéluctable à la concrétisation inclusive et équitable des attentes des populations sur le plan social, économique, politique et environnemental. En outre, Mme la ministre précisera que ce document est constitué de six parties qui sont, entre autres, l’analyse de la situation dans le secteur de la femme, de l’enfant et de la famille, le diagnostic institutionnel, le cadre de coordination et le pilotage du secteur de la famille, le cadre de mise en œuvre et du suivi-évaluation du PRODAFFE I.

Elle a souligné que nonobstant l’existence de la politique nationale genre, la politique nationale de promotion et de protection de l’enfant, et de la politique nationale de la famille, des études récentes indiquent qu’au cours de ces derniers années, les inégalités persistent dans les domaines stratégiques comme l’éducation, la santé, l’économie et la gouvernance.
L’ambassadeur du Canada au Mali il a signalé que le présent atelier interpelle sur divers plans, à savoir l’appui des projets et programmes des départements sectoriels en cours ou en planification pour réduire les obstacles et contraintes de l’habilitation des femmes, le renforcement des capacités et le rayonnement du MPFEF, des associations et ONG féminines.
S’y ajoute, le renforcement de connaissances des différentes parties prenantes sur l’intégration de l’égalité entre les sexes dans les programmes et budgets nationaux.

«Cet atelier lance ainsi les bases d’une orientation systématique de la stratégie d’intervention du ministère en considération des engagements nationaux et internationaux ratifiées par le Mali.
Ces engagements sont notamment la Vision 2030 des Nations unies et les Objectifs de développement durable (ODD)», a-t-il expliqué, ajoutant que la présente rencontre offre également un cadre approprié pour les bases d’une réforme structurelle du cadre organique et des moyens d’intervention du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. François Picard a réitéré la disponibilité continue de son gouvernement à accompagner le nôtre dans cette mission de réduction des inégalités de genre.
De son côté, la représentante du maire de la Commune III a indiqué qu’en tant que collectivité décentralisée, le programme de développement économique, social et culturel de sa commune accorde une place de choix au groupe cible du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.
«Ce document constituera désormais notre référentiel dans tous les actes que nous allons poser en matière d’autonomisation de la femme, de la famille et de l’épanouissement de l’enfant», a souligné Mme Bagayogo Aminata Sanogo.
Elle a saisi l’opportunité pour inviter les partenaires à accompagner le ministère dans son combat inlassable pour plus de justice sociale, d’équité, d’égalité entre les genres. Toute chose qui contribuera au développement durable du Mali.
Salimatou MARICO

Laisser une réponse