Baisse du prix des denrées alimentaires

0
870

Les mesures (souvent protectionnistes) prises par les gouvernements pour faire face aux effets indésirables du Covid-19 pourraient dérégler la chaîne d’approvisionnement des marchés mondiaux (de nos pays notamment) en produits de base. Il semble aussi vrai que des mesures restrictives non commerciales, comme le confinement et ses conséquences économiques dévastatrices, tirent vers le bas les coûts des produits de consommation de base comme l’huile, le blé, le sucre, le lait, des céréales, le riz excepté.
En effet, les prix mondiaux des produits alimentaires ont fortement baissé en mars, selon l’indice FAO des prix des produits alimentaires qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de denrées alimentaires. « Ces baisses de prix s’expliquent en grande partie par les facteurs relatifs à la demande et non à l’offre. Les facteurs relatifs à la demande sont influencés par des perspectives économiques qui tablent vers une constante détérioration », explique Abdolreza Abbassian, économiste principal à la FAO.
En conséquence, l’Indice FAO du prix du sucre a enregistré la chute la plus importante avec une baisse de 19,1 % par rapport au mois précédent. En cause : une baisse de la consommation hors domicile liée aux mesures de quarantaine imposées par plusieurs pays et une baisse de la demande en provenance des producteurs d’éthanol en raison de la forte chute des prix du pétrole brut, précise l’organisation mondiale.
Au même moment, les prix des huiles végétales a diminué de 12 % en un mois en raison de la chute des prix de l’huile de palme. Elle-même due à la forte baisse des prix des huiles brutes et minérales et des préoccupations concernant les impacts de la pandémie sur les marchés d’huile végétale à travers le monde. Quant aux prix des huiles de soja et de colza, ils ont suivi la même tendance baissière.
L’Indice FAO des produits laitiers a, lui, chuté de 3 %. La cause : la baisse des cotations et de la demande mondiale d’importations pour la poudre de lait écrémé et la poudre de lait entier causée principalement par des perturbations enregistrées au niveau de la chaîne d’approvisionnement des produits laitiers. « Une situation qui fait suite aux mesures de confinement adoptées par de nombreux pays en vue de lutter contre la propagation du Covid-19 », notent les experts de la FAO.
Comme les autres produits de base, le prix des céréales a aussi baissé de 1,9 % depuis février, restant ainsi proche de son niveau enregistré en mars 2019. Ainsi, de même que les tarifs mondiaux du blé, les prix du maïs ont également baissé en raison de l’abondance des stocks et d’une forte baisse de la demande de la part du secteur des biocarburants. Les prix mondiaux du riz, en revanche, ont augmenté pour le troisième mois consécutif, à cause d’informations comme celles indiquant que le Vietnam pourrait introduire des interdictions à l’exportation. Une éventualité minimisée, mais pas écartée.
Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse