Basket-ball, championnat national : LES CAROTTES CUITES POUR LE TATA ?

0
419

Le Tata de Sikasso n’y arrive pas. Dimanche, pour le compte de la 10è journée du championnat, l’équipe de la Ville verte a concédé sa 10è défaite de suite face au Djoliba, s’inclinant lourdement 118-20. Avec cette nouvelle déconvenue les Sikassoises ont quasiment dit a dieu à la première division et il faudra un miracle pour voir l’équipe de la 3è région, réussir à sauver les meubles. Cela est d’autant plus vrai qu’il ne reste plus que cinq journées de compétition et que le Tata n’a rien prouvé depuis le coup d’envoi du championnat. Pourtant, l’entraîneur de la formation sikassoise, Dramane Traoré y croit encore et ne veut pas entendre parler de relégation.
«Le Tata ne descendra pas en Ligue 1, c’est moi qui vous le dis, jure le technicien. Certes, nous traversons des moments difficiles, mais on est une grande équipe. Je ferai tout pour que ce club reste dans l’élite. Il nous reste 5 journées de débats, je pense pouvoir gagner 3 matches pour me maintenir en première division. Nous allons y arriver Inch Allah. C’est notre devoir», martèle Dramane Traoré. Mais l’optimisme et la détermination du technicien Traoré suffiront-ils pour inverser la tendance, lors des cinq dernières journées du championnat ? Sans jouer à l’oiseau de mauvais augure, il faut dire que la mission annonce très délicate pour les joueuses de la capitale du Kénédougou, surtout quand on connaît la qualité de l’effectif dont dispose le technicien Dramane Traoré. Non seulement l’équipe du Tata manque d’expérience (le groupe est majoritairement composé de jeunes joueuses), mais en plus, l’effectif ne compte aucune individualité capable de faire la différence dans les moments importants.
Le match contre le Djoliba, dimanche au Palais des sports, illustre parfaitement cette réalité. En effet, dès le premier quart d’heure, les pensionnaires de Hérémakono ont tué le suspense, en infligeant un cinglant 30-2 aux visiteuses, soit 28 points de différence. Remake au deuxième quart temps : le Djoliba marque 27 points, là où les Sikassoises ne réussissent que 2 points (57-4).
Au retour des vestiaires, le technicien du Djoliba fait tourner son effectif, le Tata en profite pour inscrire 11 points, contre 25 pour les Rouges (82-15). On connaît la suite : au dernier quart temps, le Djoliba poursuit sa démonstration et porte le score à 118-20, soit près de 100 points d’écart.
La rencontre entre le Djoliba et le Tata, a été suivie de l’opposition entre Attar club et la Commune III. Une confrontation qui a tourné à l’avantage de l’équipe de Kidal, vainqueur 62-58 des Communards. quarante-huit heures plus tôt, c’est-à-dire vendredi, le Stade malien s’était imposé d’une courte tête, face à l’USFAS (69-66), alors que le leader du championnat, l’AS Police dictait sa loi à l’AS Commune VI (59-34). Chez les Messieurs, le match au sommet de cette 10è journée entre l’AS Police et Attar club s’est soldé par la victoire des Policiers (67-55) qui prolongent ainsi leur invincibilité. Le deuxième du classement, l’USFAS a également fait honneur à son rang, en dominant le Sigui de Kayes sur le score sans appel de 91-49. De leur côté, le Djoliba et le Réal l’ont emporté, respectivement au Stade malien (58-52) et face Centre de référence de basket-ball (67-65).
Seïbou S.
KAMISSOKO

LES RÉSULTATS 
En Dames
USFAS-Stade malien : 66-69
AS Commune VI-AS Police : 34-59
Djoliba-Tata : 118-20
Attar-AS Commune III : 62-58
En Messieurs
Djoliba-Stade malien : 58-52
Réal-CRB : 67-65
Attar-AS Police : 55-67
USFAS-Sigui : 91-49

]]>

Laisser une réponse