Bla : Un gendarme tué dans l’attaque du poste de péage

0
183

Le lundi 17 février aux environs de 21h 25, les populations des quartiers sud de Bla ont été réveillées par des rafales de tirs, provenant du poste de péage situé sur la RN12, à la sortie de la ville. Un groupe de terroristes lourdement armés venait d’attaquer le poste de péage. Les tirs des assaillants ont semé la panique chez les agents en faction, ainsi que dans les quartiers voisins. Les deux gendarmes présents au poste au moment de l’attaque ainsi que les péagistes chargés de la barrière se sont refugiés dans les concessions voisines. Le troisième gendarme était allé chercher à manger en ville et ne se trouvait pas sur les lieux au moment de l’attaque. Quand il est arrivé, des échanges de tirs ont éclaté entre lui et les assaillants. Malheureusement, le gendarme a été blessé mortellement par les terroristes qui, selon plusieurs témoignages, criaient Allah Akbar (c’est Dieu qui est grand, ndlr). MDL (maréchal des logis) Youba Diarra, c’est son nom a été retrouvé mort sur le terrain vague qui jouxte le poste de péage. Il était étalé à terre son arme en main. Un péagiste du nom de Mamadou O. Diallo a reçu des balles aux jambes. Ce dernier a été immédiatement transporté à l’hôpital régional de Ségou par le commandant de brigade, le lieutenant Souleymane Diallo qui est arrivé sur les lieux, en compagnie du service de la protection civile.
Le pronostic vital de Mamadou O. Diallo n’est pas engagé. Quant aux deux gendarmes qui ont réussi à s’échapper, ils souffrent de blessures légères. Hier matin, aux environs de 11 h, une mission du gouvernorat de la Région de Ségou, conduite par le directeur de cabinet, Siné Dembélé, est arrivée à Bla pour s’enquérir de la situation.
À son arrivée, la délégation a été accueillie par le Préfet de Bla, Boikary Traoré, qui avait à ses côtés le président du Conseil de cercle, le maire, le commandant de brigade et le chef de peloton de la Garde nationale. La mission a rendu visite aux blessés au CSRéf de Bla avant de se rendre au poste où, on pouvait encore voir des impacts de balles. Une enquête a été ouverte.
Bakary KEITA
Amap-Bla

Laisser une réponse