Bourse nationale aux céréales : Facteur de renforcement de la sécurité alimentaire

0
143

Le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar lors de la visite des stands

Donner une meilleure visibilité et un rayonnement particulier aux produits de nos producteurs tout en leur facilitant l’accès à un marché porteur à travers leur mise en relation avec les opérateurs privés (commerçants, transformateurs, fournisseurs de semences, etc.) et services techniques et de recherche, tel était l’objectif global de la 14è édition de la Bourse nationale aux céréales. La rencontre s’est tenue mardi et mercredi derniers, à Ségou avec comme thème : «Fluidifier les échanges entre les producteurs, les transformateurs et les opérateurs céréaliers pour renforcer la paix et la sécurité alimentaire et nutritionnelle du Mali». Ce sont 300 participants qui ont exposé leurs réalisations dans plus d’une quarantaine de stands pendant deux jours.
La cérémonie d’ouverture a eu lieu au centre Gabriel Cissé sous la présidence du ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar. C’était en présence du ministre commissaire à la sécurité alimentaire, Kassoum Denon, du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Mohamed El Moctar, du représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture au Mali (FAO), Amadou Allahoury Diallo.
Selon ce dernier, la Bourse aux céréales est devenue au fil des années le baromètre de la campagne agricole dans notre pays et un facteur d’émulation entre les producteurs venant des différentes régions du pays. Il ajoutera que les bourses aux céréales offrent un avantage non négligeable d’autant plus que les transactions commerciales effectuées permettent de réduire les coûts intermédiaires (stockage, transport, etc.) et d’offrir aux organisations paysannes des débouchés générateurs de revenus afin de rendre plus dynamique l’économie locale et nationale. Le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM) rappellera qu’à ce rendez-vous incontournable pour le monde de la filière agricole et agroalimentaire, il est attendu des offres de ventes exceptionnelles de mil, de sorgho, de maïs.
Le commissaire à la sécurité alimentaire précisera que cette bourse se tient dans un contexte particulièrement difficile pour notre pays qui, depuis plus d’une décennie, est profondément mis à rude épreuve par une crise sécuritaire multidimensionnelle, affectant la production agricole dans bon nombre de localités du Centre et du Nord. Selon Kassoum Denon, 3.584.390 personnes ont besoin d’assistance alimentaire, dont 648.330 en situation d’urgence. «Un programme d’appui d’urgence de 1.200 tonnes de riz avec l’appui du gouvernement du Japon vient d’être mis en œuvre par le gouvernement pour les localités ayant récemment essuyé des attaques avec incendie et ou enlèvement de vivres et de bétail», a-t-il souligné.
Quant au ministre de l’Agriculture, il a indiqué que de 2006 à 2019, la bourse aux céréales a permis de réaliser la signature de 314 contrats pour une valeur totale de plus de 16 milliards de Fcfa. Pour Moulaye Ahmed Boubacar, ces chiffres montrent à suffisance la grande contribution de la bourse au développement économique de notre pays.

Mamadou SY
Amap-Ségou

Laisser une réponse