CAN 2019 : Mohamed Magassouba «nous allons terminer la phase de poules en beauté »

0
291

Les Aigles gardent toujours la première place du groupe E après leur nul face à la Tunisie (1-1). Ainsi, demain, un nul sera suffisant pour la sélection nationale, face à l’Angola pour se qualifier pour les huitièmes de finale (pour mémoire, les deux premiers de chaque groupe, ainsi que les quatre meilleures troisièmes de la phase de poules se qualifieront pour les huitièmes de finale. Et en cas d’égalité de points entre deux équipes aux termes des matchs de groupe, celles-ci seront départagées, selon les critères suivants : le résultat du match entre les deux équipes, la différence de but totale, le nombre de buts inscrits et le tirage au sort). Pour ce match de la troisième journée contre l’Angola, les Aigles peuvent donc se contenter du nul pour valider leur ticket. Quant aux Palancas negras, la victoire est impérative pour l’équipe pour être sûre de franchir le cap du premier tour. D’un côté, le Mali se battra pour garder son fauteuil de leader du groupe, alors que de l’autre côté l’Angola joue son avenir et n’a d’autre choix que de gagner pour prolonger son séjour au pays des Pharaons.
La dernière rencontre entre le Mali et l’Angola remonte à 2010 et personne n’a encore oublié cette «remontada» improbable réalisée par les Frédéric Kanouté, Seydou Keïta «Seydoublen», Mahamadou Diarra «Djila», Soumeyla Diakité pour ne citer que ces noms. Alors qu’ils étaient menés 4-0 à 11 minutes de la fin du temps réglementaire, les Aigles ont réussi à arracher le nul, en marquant quatre fois dans un stade de Luanda hébété. Les 4 buts maliens ont été marqués par Seydou Keïta (doublé), Frédéric Kanouté et Moustapha Yatabaré dans les arrêts de jeu. Des moments intenses en émotion pour le peuple malien, que les Aigles s’apprêtent à faire revivre au pays des Pharaons, lors de ce dernier match de poule, face au même adversaire. Certes, ce ne sont pas les mêmes joueurs, mais il n’empêche, l’ombre de Luanda 2010 est toujours là et il ne fait guère de doute qu’il planera sur cette deuxième confrontation entre les deux pays. «Nous sommes toujours premiers de notre poule avec 4 points. Mais la mission n’est pas terminée, au moins pour les phases de poules. Il reste la troisième journée contre l’Angola. Pour ce match, nous l’aborderons avec beaucoup de sérénité afin de conserver la tête du groupe. Toute l’équipe est concentrée sur le match. Nous allons terminer la phase de poules en beauté et aborder les huitièmes en confiance. C’est très important», a déclaré le technicien malien, Mohamed Magassouba.
Le capitaine de l’Angola, Geraldo Roger insiste également sur les enjeux du match pour son pays. «Cette rencontre contre le Mali est très importante pour nous. Nous devons absolument l’emporter. Nous voulions coûte que coûte gagner ce match de la troisième journée pour nous qualifier pour le prochain tour. Le Mali a une très bonne équipe et est quasiment qualifiée pour les huitièmes de finale, ce qui n’est pas notre cas. Nous devons gagner pour être sûrs de participer aux huitièmes de finale et on se battra pour ça», annonce l’international angolais. Pour revenir à l’explication de la deuxième journée de la phase de poule contre la Tunisie et le Mali chacune des deux sélections a eu sa mi-temps. La première période a été dominée par les Aigles de Carthage, alors que la deuxième a été à l’avantage des nôtres. Le partage des points qui a sanctionné la partie illustre parfaitement la physionomie du match. Et le Mali a d’autant de raisons d’être content du résultat qui nous permet de garder la tête du groupe, avec deux points d’avance sur notre concurrent le plus sérieux et adversaire du jour, la Tunisie.
Envoyé spécial
Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse