Carnet noir : Le CNOS-Mali orphelin de son directeur exécutif

0
74

Oumarou Tamboura est décédé mardi soir, à 73 ans, des suites d’une longue maladie

Il répondait au nom d’Oumarou Tamboura, mais au Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali) tout le monde l’appelait «Le Tambour» ou Tamboura. Ancien athlète sacré plusieurs fois champion du Mali du saut en longueur, ancien entraîneur d’athlétisme, ancien conseiller technique au ministère de la Jeunesse et des Sports et ancien directeur national des sports et de l’éducation physique, Oumarou Tamboura, diplômé de l’Université de Roumanie, était l’homme à tout faire du Mouvement olympique national. Dans son petit bureau au siège du CNOS, l’ancien secrétaire général des étudiants maliens de l’Europe de l’Est consacrait ses journées à traiter les dossiers, avant de les transmettre au bureau du Comité.

Aussi, il faisait la courroie de transmission entre les athlètes et les dirigeants sportifs et le premier responsable du Mouvement olympique national. Grand défenseur des valeurs olympiques, Oumarou Tamboura participait à toutes les sessions de formation organisées par le CNOS, à Bamako, comme à l’intérieur du pays. Débordant d’enthousiasme et toujours disponible, Le Tambour a d’abord occupé le poste de secrétaire général du CNOS, avant d’être directeur exécutif du Comité.

Et partout où il est passé comme représentant du CNOS ou encadreur de sessions, l’ancien directeur national des sports et de l’éducation physique s’est fait remarquer par sa disponibilité, sa connaissance des dossiers et surtout le sourire légendaire qui le caractérisait. De 2000, date de notre première rencontre avec Oumarou Tamboura (Jeux olympiques de Sydney, ndlr) à sa mort, mardi dernier, nous ne l’avons jamais vu s’emporter dans une discussion ou à l’encontre d’un collaborateur. Au CNOS, comme partout ailleurs, Le Tambour plaisantait avec tout le monde. Pour lui, la seule manière pour un individu de se faciliter la vie était de voir toujours les choses du bon côté. L’annonce de la mort de Tamboura a provoqué une grande émotion au CNOS et un collaborateur du défunt n’a pas hésité à dire qu’il sera difficile pour le Mouvement olympique national de le remplacer.

«Tamboura était un frère, un ami avec qui j’ai travaillé en bonne intelligence au CNOS. Il aimait son pays et a beaucoup donné au sport malien qu’il a représenté au Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA) en tant que secrétaire général de la Zone II», témoigne Tidiani Niambélé, le directeur de cabinet du président du CNOS-Mali. «Humainement aussi, souligne Niambélé, il était sans façon. Il entretenait de bonnes relations avec tous ses collaborateurs et était très lié au président Habib Sissoko qui a beaucoup fait pour lui dans la vie».

Oumarou Tamboura qui était âgé de 73 ans repose, désormais au cimetière de Djélibougou où il a été accompagné, hier, par une foule composée de parents, d’amis, d’anciens collaborateurs et de responsables sportifs du pays. Il laisse derrière lui, deux veuves et 9 orphelins. Dors en paix, Le Tambour.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse