CCIM : 4E SESSION ORDINAIRE DE L’ASSEMBLÉE CONSULAIRE

0
675
Les représentants de la caisse animent la conférence de presse

Le ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmed Moussa, a présidé jeudi dernier, la 4ème session ordinaire de l’Assemblée consulaire (mandature 2015-2020) de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), au Parc des expositions de Bamako. C’était en présence du ministre du Développement industriel et de la Promotion des investissements, Moulaye Ahmed Boubacar et de quelque 270 membres consulaires.
L’ordre du jour portait sur l’examen de l’état d’exécution du budget 2018, l’examen et l’adoption du projet de budget 2019, et celui du programme d’activités 2019. Rappelons que la présente session se tient au titre de l’année 2018.
Le président de la CCIM a salué les efforts du gouvernement visant à accompagner la CCIM dans ses missions de représentation, d’appui, de renforcement des capacités et de promotion du secteur privé national.
Le président de la CCIM, Youssouf Bathily, a, dans son discours, rappelé que la Chambre de commerce et d’industrie du Mali s’est fixé de grandes ambitions au début de sa mandature 2015-2020, particulièrement dans le domaine des infrastructures. Dans le bilan qu’il a présenté dans le cadre de ce plan de mandature, plusieurs infrastructures ont été réalisées et d’autres sont en cours d’achèvement. Il s’agit, entre autres, de la construction des sièges des délégations régionales de Kayes, Koulikoro et Ségou, entièrement terminés et inaugurés, et de ceux de Tombouctou et Gao qui seront achevés en 2019.
En plus, le marché moderne de Darsalam a été réalisé. La CCIM envisage de terminer, cette année, le marché de Sibiribougou en Commune IV, et de démarrer la construction de deux nouveaux marchés en Commune V et VI du district de Bamako, des marchés de Koulikoro et Mopti ainsi que la rénovation du siège de Sikasso. « Nous envisageons d’ici la fin du mandat de construire un véritable centre multifonctionnel qui comprendra un parc des expositions, des molles, des hôtels, des parcs de loisirs et autres sur une superficie de 50 ha que nous avons demandés au président de la République », a-t-il ajouté. La construction des ports secs sur les principaux corridors, notamment Kayes et Sikasso, la poursuite de la construction de l’institut consulaire d’études et de formation (INCEF) et du Centre d’apprentissage et de maintenance industrielle sont également des infrastructures inscrites dans le plan de mandature 2015-2020. En dépit de ces ambitions, la CCIM reste confrontée au manque d’espaces pour la construction des infrastructures. Par conséquent, il a sollicité l’accompagnement du gouvernement pour la réalisation de ces différents projets.
Les perspectives 2019 prévoient la tenue de la 13ème édition de la Foire exposition internationale de Bamako (FEBAK) en fin d’année. En 2020, notre pays sera l’hôte de la 2ème édition de la Foire intra africaine dont la 1ère édition a eu lieu du 11 au 17 décembre 2018, au Caire en Egypte. Cette foire est organisée en partenariat avec la Commission de l’Union africaine.
Au plan international et dans le cadre de sa mission d’assistance aux acteurs du secteur privé, la CCIM entend organiser plusieurs missions économiques et commerciales.
A cela, il faut ajouter qu’un accord de partenariat a été signé le 23 février dernier, à Bamako, entre la CCIM et la Chambre des métiers de Vendée (région Pays de la Loire, en France). Par ailleurs, une Union des chambres de commerce et d’industrie du G5 Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, et le Tchad), a été créée en vue de contribuer à la lutte contre l’insécurité, a expliqué le président de la CCIM.
Quant au ministre du Commerce et de la Concurrence, il a affirmé que son département apportera son soutien à l’organisation de la 13ème Foire internationale de Bamako (FEBAK 2019) avant d’exprimer la volonté du gouvernement de prendre des mesures en vue de faire baisser les prix de certains produits de première nécessité, notamment du riz et de la viande d’ici fin mars, conformément à l’accord du 29 janvier 2019 conclu avec l’Union nationale des travailleurs du Mali.

Babba B.
COULIBALY

Laisser une réponse