Cedeao : La réunion des ministres en charge de l’énergie et des finances s’ouvre ce matin

0
929

L’organisation a créé un marché régional de l’électricité qui a été lancé en 2018

Notre pays abrite aujourd’hui la réunion des ministres en charge de l’Énergie et des Finances des six États membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Au menu de cette rencontre, la sécurisation des paiements relatifs aux échanges transfrontaliers de l’énergie électriques en Afrique de l’Ouest. Les six pays participants sont le Mali, la Guinée, la Côte d’Ivoire, la Sierra Leone, le Burkina-Faso et le Liberia. En prélude à cette réunion des ministres, les experts ont déblayé le terrain hier, en passant au peigne fin les aspects techniques et financiers de la sécurisation des paiements relatifs aux échanges transfrontaliers de l’énergie. Présidée par le ministre malien de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué, cette session technique a enregistré la présence de la ministre déléguée auprès du Premier ministre, ministre de l’Économie et des Finances, chargée du Budget, Mme Barry Aoua Sylla.
C’est consciente du rôle moteur de l’énergie dans le progrès socio-économique des pays que la Cedeao s’est engagée, ces dernières années, dans une vaste réforme structurelle en la matière et qui est axée sur sa Vision 2020 : une Cedeao des États vers celle des peuples. Ainsi, l’organisation a créé un marché régional de l’électricité qui a été lancé en 2018.

Il a été suivi d’une directive régionale sur la sécurisation des échanges transfrontaliers d’énergie électrique, adopté en 2018 par la Cedeao. Laquelle directive a obtenu le soutien financier de la Banque mondiale, à travers une aide budgétaire et la création d’un fonds renouvelable.
Dans son allocution d’ouverture, le ministre Sambou Wagué a rappelé que ces instruments proposés par la Banque mondiale ont fait l’objet, le mois dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire), d’une réunion des ministres en charge de l’Énergie des six pays de la Cedeao.
À l’issue de cette rencontre, les ministres des six États ont approuvé l’application des ces instruments, assortie de conditions préalables et d’un fonds renouvelable, a ajouté le ministre malien de l’Energie et de l’Eau.
Ainsi, sur la période 2019-2033, la Cedeao, à travers son marché régional de l’électricité, envisage de réaliser des lignes d’interconnexion électriques et de construction de centrales électriques.
Le montant total prévu pour la période 2018-2033 s’élève à environ 36,392 millions de dollars (environ 18,2 milliards de Fcfa). Sur ce montant, 25,912 millions de dollars (environ 13 milliards de Fcfa) seront dédiés à la production d’électricité et 10,480 millions de dollars (environ 5 milliards de Fcfa) pour le transport de l’énergie, a précisé de son côté Dabiré Bayaornibè.
«Pour la réussite des échanges commerciaux électriques entre nos États, a poursuivi le représentant du président de la Commission de la Cedeao, il nous faut donc trouver des solutions qui serviront de retour d’expérience pour les autres contrats dans le cadre du fonctionnement adéquat du marché régional de l’électricité».

Amadou B. MAÏGA

Laisser une réponse