Centres ruraux de prestations de services agricoles : Le Ministre Moulaye Ahmed Boubacar lance l’opération à Manantaly

0
291

Le chef du département a remis de façon symbolique quelques équipements agricoles pour rendre opérationnels les centres

Dix localités du Mali ont bénéficié des centres ruraux de prestations de services agricoles (CRP). C’est Manantali qui a eu l’honneur d’abriter le lancement de l’opérationnalisation de l’ensemble desdits centres. La cérémonie était présidée, samedi dernier, par le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar. Initié par la Cellule de la promotion de l’entrepreneuriat agricole (CPEA), l’évènement a regroupé plusieurs responsables du secteur agricole du Mali. Elle a enregistré la présence du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’Equipement rural, Adama Sangaré, du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola et du coordinateur de la Cellule de la promotion de l’entrepreneuriat agricole (CPEA), Idrissa Diallo.

Ces 10 CRP bénéficient des équipements subventionnés par l’Etat à hauteur de 50%. Il s’agit de 10 tracteurs, 7 décortiqueuses, 6 motoculteurs et leurs accessoires, 3 batteuses multicéréales et 6 faucheuses d’un montant total de 217.143.000 de Fcfa et de l’électrification estimée à 70 millions de Fcfa. Chaque CRP comprend le bureau du président, le bureau du gestionnaire, la salle de conférence, le magasin, un hangar, un logement du gardien, trois latrines et une cour clôturée.

Situé à plus de 300 km de Bamako, Manantali a une population estimée à près de 7000 personnes. Celle-ci vit de l’agriculture, de la pêche, du commerce… Son choix n’est pas fortuit. Elle se justifie par son attachement à l’agriculture et son importance capitale pour le développement du Mali.

Vêtu de chemise or foncé et de pantalon gris, le ministre Moulaye Ahmed Boubacar a, tout d’abord, rappelé que cet évènement s’inscrit au cœur du programme « Notre grand Mali avance » 2018-2023 du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Il a affirmé que ce projet entend créer 25 CRP par an en vue d’améliorer les conditions de vie en milieu rural.
« Les CRP constituent un outil extrêmement important pour la création d’emplois et de richesses», a déclaré Moulaye Ahmed Boubacar avant d’énumérer leurs avantages. Il s’agit, entre autres, de la réduction du chômage, de la réduction de la pénibilité des travaux agricoles et de la création des pools d’équipements agricoles de proximité. S’y ajoutent la maîtrise du calendrier agricole, la réduction de l’exode rural des jeunes et la lutte contre la pauvreté. « Notre Maliba fonde un grand espoir sur vous », a affirmé le ministre à l’endroit des heureux bénéficiaires avant d’ajouter que le pays attend d’eux, des résultats probants en leur qualité de précurseurs de ce nouveau modèle de développement dans le monde rural. Il les a également invités à plus d’ardeur au travail et au respect des échéances de remboursement des prêts.

Pour le porte-parole des bénéficiaires, Bernard Doumbia, ce programme fera du Mali, le grenier de l’Afrique. « Nous, jeunes de CRP, sommes prêts à relever le défi de la souveraineté alimentaire à travers la mécanisation de l’agriculture », a-t-il assuré. Et de promettre que c’est le lieu d’assurer qu’ils ne mourront plus jamais en Méditerranée. De son côté, le coordinateur de la CPEA n’a pas manqué d’évoquer que les CRP sont sans conteste un véritable outil de développement du Mali. Ils œuvrent notamment pour l’orientation des jeunes au sein d’une entreprise agricole orientée vers la prestation de services agricoles, l’augmentation de la productivité agricole, la fourniture de prestation de services agricoles de qualité dans le domaine de la production, de la transformation, de la commercialisation des produits agricoles dans l’agriculture, dans l’élevage, dans la pêche et dans l’environnement. « La CPEA s’engage à œuvrer pour la réussite de ce programme si cher au président de République, Ibrahim Boubacar Keïta », a-t-il noté et de saluer la fondation Syngenta pour son appui dans la mise en œuvre du projet. La CPEA a fait signer une convention d’exploitation par les bénéficiaires. Pour sa part, le président de l’APCAM a invité les bénéficiaires à bien travailler afin de tirer profit de ces centres. « Nos paysans ont besoin des appuis de ce genre pour augmenter les rendements agricoles », a affirmé le maire de la Commune rurale de Bamafélé (cercle de Bafoulabé), Moussa Keïta. Il a, ailleurs, saisi l’opportunité pour solliciter le ministre Moulaye Ahmed Boubacar pour la réalisation de la route Manantali -Tambaga distante de 98 km. Il faut rappeler que depuis la réalisation du barrage de Manantali dans les années 80, cette voie si vitale n’a jamais bénéficié de réhabilitation. Le barrage de Sélingué connaît le même sort, où la voie d’accès depuis l’intersection de la route nationale 7 qui va à Sikasso, connaît une dégradation très avancée. La réhabilitation de la route de Manantali, permettra, a assuré le maire Moussa Keïta, aux paysans d’écouler leurs productions agricoles vers Kita et Bamako et la réalisation de la route de la rive gauche du barrage de Manantali qui traverse le périmètre B permettra aux exploitants de rejoindre leurs champs.

Auparavant, la délégation ministérielle avait visité le barrage de Manantali et rendu une visite de courtoisie aux notabilités de Sonfara (village voisin de Manantali).

Envoyée spéciale
Mariam F. Diabaté
L’ESSOR

Laisser une réponse