Cercle de Niono : La montée de l’insécurité

0
89

La situation sécuritaire générale reste tendue dans la Région de Ségou où, depuis quelques temps, elle a tendance à se dégrader, de plus en plus, dans le Cercle de Niono, notamment.

Les récentes attaques contre le check-point de Sorowel, dans la Commune urbaine de Niono, un accrochage entre des chasseurs traditionnels Dozos et des bandits armés non identifiés à Farabougou, dans la Commune rurale de Dogofry, occasionnant la mort de 5 personnes et des blessés, suivi de l’enlèvement de personnes et de bétail, illustrent ce contexte. La même situation se présente dans la Commune rurale de Yeredon Sagnona.

Cette situation a conduit le gouverneur de la Région de Ségou, le contrôleur général de police, Alassane Traoré, à se rendre à Niono, une semaine seulement après sa prise de fonction.

La rencontre qu’il a présidée dans la salle de conférence du Cercle à Niono a vu la présence des autorités administratives et politiques locales et les acteurs locaux des 12 communes de la circonscription. Plusieurs interventions ont marqué cette rencontre. Celles du représentant des Dozos et de la communauté peulh qui, tous, deux ont déploré la situation actuelle. Ils ont invité les protagonistes à déposer les armes et demandé à l’État d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

De son côté, le gouverneur a, tout d’abord, au nom des autorités de la Transition, présenté les condoléances et la compassion aux familles des personnes décédées, blessées ou enlevées. Il a, ensuite, annoncé la tenue d’un forum, en novembre prochain, sur la réconciliation entre les communautés de la 4è Région. Pour l’instant, le gouverneur a invité les populations à enterrer la hache de guerre et à faire face aux défis de développement.

Dans le souci de faire baisser la tension, 10 membres de la communauté peulh, capturés par les «Dozos» ont été remis en liberté par le gouverneur.

À signaler que Farabougou est, aujourd’hui, un village assiégé. Et le marché de bétail de Niono n’a pas fait le plein, dimanche, en raison de la tension qui prévaut dans le Cercle.

Mahamadou SAMAKÉ
Amap-Niono

Laisser une réponse