Championnat national de jeu de dames : La Coupe d’Afrique en ligne de mire

0
240

Le directeur national des sports et de l’éducation physique (d) donnant le coup d’envoi symbolique du tournoi avec le président de la FMJD

Le coup d’envoi du championnat national de jeu de dames a été donné, dimanche au Centre pour sportifs d’élite de Kabala. Au total, 19 joueurs, issus de 8 ligues (seule la ligue de Kidal manque à l’appel) sont en lice pour le titre de champion du Mali. Les participants ont été repartis en 4 poules et les 2 premiers de chaque poule, soit 8 joueurs, se qualifient pour la deuxième phase et s’affronteront dans un format appelé toute ronde qui désignera le nouveau champion du Mali.

Parmi les 19 prétendants au titre suprême, figure, bien entendu, le détenteur du trophée et grand favori de la compétition, Moussa Coulibaly. L’enjeu principal du championnat de cette année est double : le titre de champion du Mali et la qualification pour le Championnat d’Afrique du jeu de dames, prévu en 2020 en Côte d’Ivoire. Autrement dit, les deux premiers du classement général du tournoi seront automatiquement qualifiés pour le prochain rendez-vous de l’élite africaine.

Dans son allocution d’ouverture, le président de la Fédération malienne de jeu de dames (FMJD), Drissa Coulibaly a salué la mobilisation des ligues, avant d’inviter les joueurs au «respect strict du règlement».

«Ce championnat national, renchérira-t-il, est très important parce qu’il est qualificatif pour le Championnat d’Afrique qui se déroulera l’année prochaine en Côte d’Ivoire. Depuis 2018, le Mali préside aux destinées de la Confédération africaine de jeu de dames (l’instance continentale est dirigée par l’ancien président de la FMJD, Abraham Douah Sissoko, ndlr) et le prochain Championnat d’Afrique est très important pour notre pays».

Auparavant, le président de la FMJD avait fustigé le comportement de certains joueurs de jeu de dames «qui font tout pour ternir l’image de la fédération. Nous sommes victimes du comportement peu orthodoxe de ces joueurs», dira Drissa Coulibaly.

À l’instar du premier responsable de la FMJD, le directeur national des sports et de l’éducation physique, Aliou Maïga, s’est réjoui de la participation de la quasi-totalité des ligues au championnat, ajoutant que c’est à travers cette compétition qu’on peut évaluer le niveau des joueurs et la capacité d’organisation d’une association sportive.

«L’organisation du championnat national par les associations sportives est très importante pour le département de tutelle. Je remarque que presque toutes les ligues du pays sont présentes dans la salle et participeront au championnat. Je félicite la Fédération malienne de jeu de dames pour son travail et l’exhorte à continuer sur la même voie», dira Aliou Maïga, avant de donner le coup d’envoi symbolique du tournoi, avec le président de la FMJD.

Aussitôt après la cérémonie d’ouverture, le face-à-face a commencé entre les 19 joueurs, issus des 8 ligues participantes (Kayes, Bamako, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao et Tombouctou). Excepté Gao qui se contente cette année d’un représentant, toutes les autres ligues de l’intérieur sont représentées par 2 joueurs, contre 6 pour la ligue du District de Bamako.

Le tournoi doit durer 8 jours et on connaîtra, dimanche, le nom du duo qui représentera notre pays au Championnat d’Afrique 2020, c’est-à-dire, le nouveau champion du Mali et son dauphin.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse