Mali, Championnat national de taekwondo : Des combats a couper le souffle

0
209

Cette année la compétition a été marquée par 26 finales et des démonstrations de poomsae 

Les rideaux sont tombés sur le championnat national de taekwondo 2019. La compétition s’est déroulée du 26 au 28 décembre, au Palais des sports Salamatou Maïga et a mis aux prises les combattants et combattantes seniors et juniors des ligues de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao et Bamako. Les ligues régionales de Tombouctou et de Kidal n’ont pas effectué le déplacement, faute de combattants. L’événement était présidé par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré qui est venu au Palais des sports en tenue de combat (le ministre Touré est ceinture noire, 5è dan, ndlr). On notait également la présence dans la salle du ministre des Infrastructures et de l’Équipement, Mme Traoré Seynabou Diop, du président de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT), Maître Alioune Badara Traoré, ceinture 7è dan (lui aussi était vêtu de kimino), de Wahabou Zoromé, le représentant du Comité national olympique et sportif (CNOS).

Une cinquantaine de combattants, répartis en 26 catégories étaient en lice cette année pour le titre de champion du Mali : les -54kg, les -58kg, les -63kg, les -68kg, les -74kg, les -80kg, les -87kg, les +87kg (seniors masculin), les -46kg, les -49kg, les -53kg, les -57kg, les -62kg, les -67kg pour ne citer que ces catégories. à l’issue de la compétition, l’équipe de la ligue du District de Bamako s’est hissée sur la plus haute marche du podium, avec 24 médailles, dont 18 médailles d’or, 3 médailles d’argent et autant de médailles de bronze. La ligue de Kayes a occupé la deuxième place, avec 2 médailles d’or, 7 médailles d’argent et 8 médailles de bronze, alors que Koulikoro s’est classé troisième, avec 2 médailles d’or, 5 médailles d’argent et 15 médailles de bronze. Le trophée fair-play a été décerné à la ligue de Gao. Au total, il y a eu 104 combats, dont 26 finales. Dans les confrontations les plus attendues on peut citer la belle victoire de Sira M. Diawara de Kayes qui a dominé Sadio Niang de la ligue de Bamako dans la catégorie des -57kg. La Kayesienne a émerveillé la salle, en s’imposant sur le score sans appel de 31-11. Elève en 9è année, à l’école fondamentale Soutoucoulé de Kayes, Sira M. Diawara devient, à 15 ans, l’une des plus jeunes combattantes à remporter le titre suprême. Dans la catégorie des -74kg, Ousmane Sogodogo de Sikasso est monté sur le tatami avec la ferme volonté de battre le champion du Mali en titre et médaillé de bronze des Jeux africains de Rabat, Seydou Fofana. Le premier sera équilibré (7-5), mais au deuxième round, Seydou Fofana fera parler son expérience pour s’imposer 23-17. Dans la compétition de poomsae qui a été introduite cette année par la FEMAT, le combat phare a été remporté par Tiemoko Sissoko (dojo INA) face à Mohamed Camara (dojo du Foyer). Score final : 6-5.

L’un des temps forts du championnat a été la séance de démonstration du ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré qui est monté sur le tatami avec le président de la FEMAT, Maître Alioune Badara Traoré. à l’issue de cette séance d’exhibition, le premier responsable de l’instance dirigeante du taekwondo national a annoncé que le ministre Touré est élevé au grade de ceinture noire, 5è dan par la commission de passage de grade du bureau fédéral. Le président de la FEMAT ajoutera que «le championnat 2019 a permis de détecter plusieurs nouveaux talents et a été marqué par un échange fécond entre les pratiquants et les responsables du taekwondo». Et Maître Alioune Badara Traoré de rappeler : «Nous sommes à environ 6 mois des Jeux olympiques de Tokyo. Pour être présent à cet évènement majeur, nous nous préparons pour les tournois africains de qualification, phase ultime des qualifications de taekwondo qui se tiendra au Maroc, du 20 au 22 février». Quant au  ministre de la Jeunesse et des Sports, il a félicité la FEMAT pour le travail effectué à la tête de la discipline et les résultats obtenus par le Mali dans les compétitions internationales. «La Fédération malienne de taekwondo est une fédération qui travaille bien et qui est dynamique, elle peut compter sur l’accompagnement et le soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports», complètera Arouna Modibo Touré.

Le championnat national terminé, les regards sont désormais tournés vers le tournoi africain de qualification pour les Jeux olympiques. Le Mali y sera présent avec deux athlètes qui seront sélectionnés parmi les quatre candidats en lice : Karamoko Soumaré (+80 kg), Seydou Fofana (-80kg), Mohamed Fofana (-68kg) et Oumar Sissoko (-68kg). Pour mémoire, nos combattants doivent atteindre, au moins la finale dans leur catégorie au Maroc  pour décrocher le précieux sésame.

Ladji M. DIABY

Laisser une réponse