Chantiers à Sikasso : Le ministre Makan Fily Dabo insiste sur le respect des délais contractuels

0
260

La délégation ministérielle sur le chantier du viaduc

«Je ne suis pas vraiment satisfait de ce que j’ai vu, parce que les travaux accusent énormément de retard». C’est en ces termes que le ministre des Transports et des Infrastructures qui a visité jeudi dernier dans l’après-midi le chantier des travaux d’aménagement en 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso dans le cadre de sa visite de trois jours, a chargé l’entreprise en charge de la réalisation de cet ouvrage.

Makan Fily Dabo intervenait en marge d’une visite de trois jours qu’il a effectuée dans la 3è région administrative de notre pays. En effet, ce projet concerne la section urbaine de la RN7 : carrefour de l’intersection RN7-RN11 (carrefour Bougouni-Koutiala) au carrefour de l’intersection RN7-RN10 (carrefour-Lamissa Bengaly) sur 4,6 km. Dans le cadre de ce projet, il est prévu la réalisation de l’éclairage public sur l’ensemble des rues et la mise en place de feux tricolores au niveau des carrefours importants.

Le taux d’avancement des travaux qui ont démarré en février 2018 est de 71% à ce jour, selon les responsables de l’entreprise «CSE» qui les exécute pour une durée de 18 mois. Face à ce constat, Makan Fily Dabo s’est montré intransigeant quant au respect du délai contractuel. «Ce délai n’est pas négociable. La qualité doit également être au rendez-vous. Tout partenaire qui ne respecte pas ses engagements vis-à-vis des contrats qu’il a librement signés, j’en tiendrai compte dans mes actions futures avec ce dernier», a prévenu le chef du département.

En réponse, les responsables de l’entreprise ont pris l’engagement ferme de mettre les bouchées doubles afin de pouvoir achever les travaux le 31 décembre prochain. «Je les tiens au mot», a réagi le ministre Dabo, avant de mettre le cap sur le chantier des travaux d’élargissement de l’avenue Loury (monument du paysan noir à la place des Martyrs) sur 1,7 km. Après il a successivement visité la rue adjacente allant à la résidence de Kélètigui Berthé sur 370 m, celle allant à la tombe du roi du kénédougou, Tiéba Traoré, sur 230 m ainsi que la rue reliant la résidence de Kélètigui Berthé à la tombe du roi Tiéba Traoré sur 100 m. Toutes déjà pavées.

Ensuite, le ministre a inspecté les travaux de construction de l’échangeur de type «trompette» au niveau du carrefour Sikasso-Koutiala (intersection RN7-RN11), d’un viaduc de 450,5m au carrefour de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en béton précontraint et d’aménagement de 10 km de voies urbaines à l’intérieur de la ville de Sikasso.
«Ce type de viaduc en béton précontraint est une première au Mali», a expliqué le coordonnateur adjoint du projet, Aboubacar Guindo. Le taux d’exécution des travaux est de 20% pour un délai consommé de 30%. La fin des travaux est prévue pour mars 2022.

Les ouvrages sont exécutés par l’entreprise «EGK» pour une période de 27 mois. «Nous allons suivre ce projet comme de l’huile sur le feu, afin d’éviter qu’il accuse du retard», a relevé Makan Fily Dabo, aux termes de cette étape. Il a assuré qu’il demandera ses collaborateurs d’être plus exigeants avec les entreprises et la mission de contrôle. Cela afin de résorber rapidement le léger retard constaté afin de livrer les ouvrages à la population de Sikasso.

Comme les autorités, les populations de Sikasso espèrent beaucoup sur ces chantiers qui, selon elles, décongestionneront le trafic à l’intérieur de la ville. Tout en améliorant la sécurité des usagers de la route, ils faciliteront également les échanges commerciaux avec la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Sikasso étant une ville carrefour frontalière de ces deux pays. Telle est en tout cas la conviction de Souadou Sanogo, président du Conseil malien des transporteurs, délégation régionale de Sikasso.

«Ces travaux amélioreront considérablement la sécurité des usagers des routes, embelliront la ville et fluidifieront les transports. Donc c’est un espoir pour nous», a-t-il indiqué. Pour Abdourhamane Sidibé, premier adjoint au maire de la Commune urbaine de Sikasso, ces infrastructures impacteront l’économie de la ville. C’est pourquoi, l’édile a invité les entreprises à accélérer la cadence des travaux. Afin, a-t-il soutenu, de répondre aux attentes des populations.

Pour ce faire, le ministre Dabo a, lors d’une réunion de restitution, a donné des instructions fermes à la direction nationale des routes, au maître d’ouvrage, pour suivre et appliquer à la lettre ses instructions. «Nous nous mettrons à la tâche.
Nous demanderons à la mission de contrôle de produire en fonction des moyens disponibles et des délais indiqués, un chronogramme d’exécution des tâches pour respecter le délai contractuel», a assuré le directeur national des routes Abdoulaye Daou.

Babba B. COULIBALY

Laisser une réponse