CNREX-BTP : LA RESTRUCTURATION DU CENTRE S’IMPOSE

0
734
Le Centre a besoin d’équipements techniques spécifiques et la formation du personnel

Le Centre national de recherche et d’expérimentation en bâtiment et travaux publics (CNREX-BTP) a tenu, jeudi dernier, la 24ème session ordinaire de son conseil d’administration sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Innovation et de la Recherche scientifique, le Pr. Drissa Diallo. Cette 24ème session avait à son ordre du jour l’examen des recommandations issues de la 23ème session du CA, l’examen du rapport d’activités et des comptes financiers du CNREX-BTP au 31 décembre 2018, ainsi que les projets de programme d’activités et de budget au titre de l’année 2019.
Dans son intervention, le Pr. Drissa Diallo a expliqué que la session budgétaire se tient dans un contexte de restructuration du Centre qui permettra d’optimiser ses ressources aussi bien humaines que matérielles pour une meilleure exécution des missions qui lui sont assignées, à savoir : promouvoir la recherche et l’innovation dans le domaine des BTP et être un laboratoire de référence dans le domaine de la géotechnique. Il a aussi évoqué les difficultés auxquelles le Centre est confronté. Il s’agit de la méconnaissance du CNREX-BTP par le grand public, de sa faible implication dans les travaux d’envergure nationale, de l’implication des bureaux d’études dans ses missions régaliennes. Il s’agit également de l’insuffisance d’infrastructures, de matériels et d’équipements de laboratoire, de personnel qualifié et des ressources allouées à la recherche. Pour pallier ces problèmes, le Pr. Drissa Diallo a indiqué que la solution passe par la relecture des textes du Centre, la mise en œuvre du plan de communication afin de donner plus de visibilité à ses actions, la réalisation, en collaboration avec la direction nationale des routes, des études d’avant-projet, sommaires des travaux d’envergure nationale et le contrôle de la conformité des essais réalisés par les laboratoires privés. Au nombre des solutions figurent également l’adoption du plan stratégique de développement du Centre, l’acquisition de certains équipements techniques très spécifiques et la formation du personnel. Pour le Pr. Diallo, la structure doit renforcer la collaboration avec d’autres partenaires, notamment avec les pays africains et les institutions d’enseignement supérieur et de recherche.
Pour sa part, le directeur général du CNREX-BTP, Adama Coulibaly, a expliqué qu’en 2018, le Centre a pu réaliser 71% des activités programmées. Cette baisse de performance est particulièrement liée à la rétention budgétaire opérée au niveau du Budget spécial d’investissement (BSI). «Cette année, on s’est proposé de réaliser des activités à hauteur de 1,115 milliard de Fcfa, soit une augmentation de 6%», a-t-il indiqué.

Amadou
GUÉGUÉRÉ

]]>

Laisser une réponse