Coeliochirurgie : LA CLINIQUE KABALA S’Y MET

0
660

Les chirurgiens marocains avec une équipe de la clinique Kabala


Acquérir la technologie et l’expertise requises pour la coeliochirurgie ou video-chirurgie, en termes simples et les mettre au service de la bonne cause, c’est-à-dire celle des malades dont l’état nécessite une intervention chirurgicale, est l’ambition clairement affichée par la clinique Kabala. Cette infrastructure sanitaire privée entend assumer le leadership dans cette discipline de pointe.
A ce propos, elle a invité une équipe marocaine de chirurgiens gynécologues à l’expertise avérée pour une formation continue et un transfert de compétences. Cette équipe de spécialistes de la coeliochirurgie a effectué, vendredi dernier, des interventions chirurgicales avec l’équipe de la clinique et réaliser une formation en échographie.
La clinique Kabala a le souci de développer des compétences dans la coeliochirurgie, une discipline qui utilise une caméra et des instruments chirurgicaux miniaturisés. Elle a le mérite d’éviter aux chirurgiens de pratiquer de larges ouvertures sur le corps du patient dans les opérations et de raccourcir les délais de guérison.
L’Association des médecins généralistes échographistes du Maroc qui s’inscrit dans une dynamique de coopération Sud-Sud organise, ces derniers temps, des congrès scientifiques dans les pays africains pour partager l’expertise de ses compétences avec la jeune garde de médecins généralistes, spécialistes voire avec les sages-femmes. Mais la collaboration avec la clinique Kabala a été établie au hasard d’une rencontre en France entre le promoteur de l’établissement privé de soins, Dr Djedi Kaba Diakité et le chirurgien gynécologue marocain, également spécialiste de la coelichirurgie et ancien chef de clinique des hôpitaux de Paris et de la faculté de médecine Saint-Antoine (Paris V), Dr Omar Mekouar.
Les deux praticiens qui partagent la même discipline (la gynécologie) ont décidé d’établir une collaboration et de faire des échanges. Ainsi, Dr Mekouar qui est aussi le vice-président de l’Association des médecins généralistes et échographistes du Maroc est arrivé dans notre pays avec le président de son association, Dr Achibet Abdellatif pour accomplir des interventions avec l’équipe de kabala. Ils ont opéré trois malades et effectué une hystérectomie (une technique chirurgicale qui n’est pas pratiquée dans notre pays).
Le Dr Mekouar explique que son pays est en train de développer une véritable coeliochirurgie. Pour lui, il est clair que ce genre de partenariat avec Kabala est un rendez-vous du donné et du recevoir. Il est aussi revenu sur les circonstances de sa rencontre avec le Dr Djedi kaba en France. Pour lui, les choses sont très claires parce qu’il s’agit de venir partager réciproquement des compétences.
Pour le promoteur de Kabala, assumer le leadership dans la coeliochirurgie, notamment au niveau du secteur privé est une ambition légitime. Il a aussi soutenu que le Dr Mekouar a en projet de développer un centre de Fécondation in vitro (dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation). Lui qui a une expertise reconnue à l’échelle africaine dans cette technique peut aussi énormément apporter à son partenaire.
Par ailleurs, Djedi kaba a précisé que la coeliochirurgie a commencé avec les gynécologues. Abdellatif a expliqué que son association a été portée sur les fonts baptismaux en 2001 et a introduit dans ses missions la formation médicale continue et le développement des transferts de compétences. Pour ce praticien, un autre objectif visé est de compléter la formation des médecins généralistes dans le domaine de l’échographie.
Il est utile de rappeler que la coeliochirurgie est une technique de pointe qui a acquis droit de cité dans notre pays au début des années 2001. Le centre hospitalier universitaire (CHU) du Point G était, jusque-là, le seul établissement sanitaire à pratiquer la technique. Cette structure de 3è référence a acquis sa première colonne (ensemble des équipements pour la coeliochirurgie) offerte par l’ambassade de France. Le Pr Djibril Sangaré est un des précurseurs de la discipline dans notre pays.
Bréhima DOUMBIA

Laisser une réponse