Commune V : LES MARCHÉS PARALYSÉS PAR UNE GRÈVE ILLIMITÉE

0
957
Le marché déserté par les marchands qui protestent contre les mesures communales

Les taxes communales jouent un grand rôle dans le développement de nos Communes. Conscient de tous les avantages que ces taxes peuvent apporter, le maire de la Commune V, Amadou Ouattara, depuis son élection, a entrepris des actions dans l’idée de contribuer au développement de sa Commune. C’est dans cette vision qu’il a lancé en 2017 le recouvrement biométrique des taxes des 18 marchés se trouvant dans sa collectivité. Ce projet devrait permettre de renflouer les caisses de la mairie, car il s’agit d’augmenter les taxes. Cette mesure du maire achoppe aujourd’hui sur d’énormes obstacles.
En effet, Amadou Ouattara est de plus en plus décrié par les habitants de sa circonscription. Après, le contentieux qui l’a récemment opposé à la jeunesse par rapport à la construction des magasins sur une partie d’un terrain de football à Bacodjicoroni, l’édile se retrouve aujourd’hui face à une autre contestation, l’opposant cette fois aux commerçants de sa Commune. Suite à l’augmentation des taxes municipales, les commerçants ont décrété mercredi une grève illimitée, paralysant ainsi les 18 marchés de la commune.


Pour faire le constat de l’impact de cette grève, notre équipe de reportage a sillonné mercredi après-midi, quelques marchés de la Commune. Au marché de Torokorobougou et Kalaban-coura, tous les magasins étaient fermés et les étals des commerçants vides. Dans ces deux marchés, on pouvait voir quelques personnes à la recherche de condiments, qui n’étaient pas évidemment au courant de la grève. Aissata Traoré a confié qu’elle n’était pas du tout au courant de la grève et elle était venue faire ses achats.
Après le tour des marchés, nous avons pu rencontrer des membres du collectif des commerçants de la Commune V. Selon Ayouba Diakité, membre du collectif, le conflit qui oppose les commerçants au maire est l’augmentation des taxes municipales. Il ressort de ses explications que les taxes des boutiquiers sont passées de 7500 Fcfa à 18.000 Fcfa. Pour les propriétaires des magasins, les taxes ont grimpé de 18.000 Fcfa à 36.000 Fcfa. Ces mesures d’augmentation, a déploré notre interlocuteur, ont été prises unilatéralement par le maire Amadou Ouattara.
Même son de cloche du côté du vice-président du collectif des commerçants de la Commune V. Selon Mohamed Diallo, tout le conflit qui existe aujourd’hui dans la gestion de la Commune est entièrement de la faute du maire. «Nous voulons que le maire revienne sur sa décision, en annulant l’augmentation des taxes communales car sans cela nous ne sommes pas prêts à dialoguer», a tranché Mohamed Diallo. «Nous cotisons déjà assez en termes de participation dans la Commune. Nos moyens et nos ressources ne nous permettent pas non plus de supporter ces nouvelles charges», a-t-il ajouté.
Nous avons tenté d’avoir la version du maire Amadou Ouattara sur ces différentes allégations mais en vain. Aucun autre responsable de la mairie n’a voulu se prononcer sur le sujet.

Abdoul Karim
COULIBALY

Laisser une réponse