Concertation au Mali: Début émaillé de remous

0
187

À l’issue des travaux, les participants doivent écrire une nouvelle page de notre histoire commune

Au Centre internationale de conférences de Bamako (CICB), la concertation nationale a démarré dans une atmosphère pesante. Des jeunes claironnant bruyamment leur soutien au Comité national pour le salut du peuple (CNSP), annonçaient les couleurs dès l’entrée principale. Accéder à l’enceinte du CICB était conditionné à la présentation d’une carte d’invitation ou d’une accréditation. Le dispositif mis en place pour filtrer les passages a longtemps résisté aux assauts répétés des adeptes du forcing. Les forces de l’ordre ont dû user de gaz lacrymogène pour disperser les récalcitrants.

Mais disposer de laisser-passer ne suffisait pas pour échapper à l’angoisse. «Ça commence mal ! Franchement, le Malien aime trop le désordre», fulminait Albadia, pris dans la longue file pendant une vingtaine de minutes. Il n’était qu’au début de sa peine. Un autre filtre était érigé à l’entrée du bâtiment devant abriter la cérémonie d’ouverture et les travaux en groupe. Là, il fallait batailler dur pour se frayer un chemin. Certains trouble-fête ont reçu des coups de ceinturon sur la tête.

Les jeunes à l’origine de ce cafouillage ne s’en cachaient pas. En témoignent ces propos de l’un d’entre eux : «Voilà qu’on se fait gazer, après que nous ayons mené notre combat. Mais que ces gens se rappellent que nous avons vu pire que ça». Sidéré par ce désordre, Souleymane Fofana, responsable d’une organisation de la société civile, s’en prend aux organisateurs qui ont «encouragé ce comportement depuis l’atelier de validation des TDR». Selon lui, des badauds ont été autorisés à participer à cet atelier.

C’est dans ce brouhaha que l’imam Mahmoud Dicko, autorité morale du M5, a fait son entrée dans la salle de cérémonie aux environs de 10 heures. Occasion que des jeunes ont encore tenté d’exploiter. Peine perdue ! Une dizaine de minutes plus tard, le président du CNSP, le colonel Assimi Goïta, est accueilli, sous les applaudissements. Après l’intervention du maire, certains tenteront de tordre le cou au programme initial, en réclamant une intervention de l’imam Mahmoud Dicko.

À la fin de la cérémonie d’ouverture des travaux, le conseiller spécial du président du CNSP, Youssouf Z. Coulibaly, a annoncé que les participants (plus de 500 délégués) pouvaient s’inscrire dans les cinq groupes de travail. «Le choix est libre», a-t-il précisé pour sans doute éviter les remous qui ont marqué l’atelier de validation des TDR (Termes de référence) du projet de document relatif à la transition. À l’occasion, plusieurs associations et regroupements politiques avaient été omis sur la liste de répartition.

Les travaux en groupe démarreront après des tiraillements pour les postes de président et de rapporteurs. Un autre moment de tension qui a prévalu pendant, au moins, une vingtaine de minutes dans chacun des cinq groupes. Les militants du M5-RFP étaient encore à la manœuvre. Et à l’heure des débats sur les grands axes de la feuille de route de la transition, la plupart des intervenants prêchaient pour leurs chapelles. D’autres se perdaient dans des spéculations qui, néanmoins, en disent long des attentes des Maliens pendant la transition.

Au niveau du groupe II, plusieurs propositions ont été faites dans les domaines de la défense et de la sécurité. La requalification de notre armée, pour Maïmouna Coulibaly, passe nécessairement par de «nouvelles réformes, puisque celles entreprises ces dernières années ont toutes échoué». Sur le même sujet, Alioune Ifra N’Diaye a prôné une réorganisation du service de renseignement militaire pour éviter que «nos soldats ne continuent d’être surpris par l’ennemi». D’autres préoccupations exprimées avaient trait au développement des activités économiques dans les zones en proie à l’insécurité.

Dans le groupe I, l’ancien Premier ministre Moussa Mara a estimé qu’il faudrait d’abord s’accorder sur la durée de la transition afin que les uns et les autres puissent proposer des actions susceptibles d’être menées pendant ce temps. Et dans le groupe III, beaucoup de remarques ont été faites sur la forme du document proposé par le CNSP.

Issa DEMBÉLÉ

Laisser une réponse