Transition au Mali : Feuille de route et charte adoptées

1
1020

Les journées de la concertation nationale sur la transition ont pris fin cet après-midi sur une note de satisfaction. La feuille de route et la Charte de la transition ont été validées par les participants par acclamation.

Cette concertation nationale avait comme objectif de réunir les forces vives de la nation pour convenir des modalités pratiques de la transition. Spécifiquement, il s’agissait de définir les grands axes de la feuille de route et délaborer la Charte de la transition  à savoir définir les organes, les attributions, le mode désignation et la durée. Ces assises de trois jours ontréuni plus de 500 participants. Sur le projet de feuille de route de la transition, les participants ont retenu six axes : le rétablissement et le renforcement de la défense et de la sécurité sur l’ensemble du territoirenational, la promotion de la bonne gouvernance, la refondation du système éducatif, les réformespolitiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale et l’organisation des électionsgénérales.

Sur la charte de la transition, les organes suivants ont été retenus : le président de la transition, chef de l’Etat,  le vice-président, le gouvernement de transition composé de 25 ministres au plus, le Conseil national de transition qui est l’organe législatif composé de 121 membres issus des forces de défense et de sécurité et de l’ensemble des forces vives de la nation. Les participants ont également fixé la durée de la transition à 18 mois comme à compter de la date d’investiture du président

Lors de la cérémonie de clôture, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le colonel Assimi Goïta a rappelé que depuis l’avènement de la démocratie multipartite, notre pays a connu des difficultés de divers ordres entravant le fonctionnement de l’Etat. A cet effet, a-t-il ajouté, les journées de concertations étaient l’occasion pour les forces vives de la nation de discuter des préoccupations du moment et de l’avenir.  

« Ce qui nous attend à présent est tout aussi ardu, c’est-à-dire mettre en œuvre les résolutions issues de ces assises », a déclaré le président du CNSP, qui a prisl’engagement que le Comité ne ménagera aucun effort dans la mise en œuvre de l’ensemble de ces résolutions dans l’intérêt exclusif du peuple malien.

« Les résultats auxquels vous êtes parvenus m’autorisent à espérer l’avènement d’un Mali nouveau, démocratique, laïc… », a conclu le colonel AssimiGoïta.    

Dieudonné DIAMA
Massa SIDIBE

1 comment

  1. Avatar
    Bintou 13 septembre, 2020 àt 09:15 Répondre

    Les forces vives de la nation sont tellement vives que désormais ce sont les militaires qui vont faire la loi! Bienvenue à nouveau dans la jungle!

Laisser une réponse