Conférence de presse du président de la BOAD : LA BANQUE ENTEND CONSOLIDER LES ACQUIS ET INTÉGRER LES NOUVEAUX ENJEUX

0
1975

En marge du Forum du 45è anniversaire de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) tenue la semaine dernière à Tomé au Togo, le président de l’institution, Christian Adovelande,  a animé une conférence de presse. Les questions ont porté essentiellement  sur le bilan des 45 ans  de la banque, les défis à relever, les perspectives d’accompagnement du secteur énergétique et les  nouvelles orientations de la banque.
En termes de  bilan, Christian Adovelande a indiqué qu’en 45 ans d’existence,  la BOAD a mobilisé  3000 milliards de FCFA, dont environ 1500 milliards pour les 5 dernières années. Elle a  financé  1130 projets  pour un montant total de 5300 milliards de FCFA. Par ailleurs, la banque  entretient  une coopération très forte avec la plupart des  institutions   qui interviennent dans le climat et notamment les énergies renouvelables comme le  Fonds vert, le Fonds pour l’environnement mondial et le   Fonds d’adaptation. «Nous travaillons beaucoup  avec la Banque mondiale  qui est très engagée dans le secteur de l’énergie  et l’Union européenne», a affirmé le conférencier. Mais en dépit des efforts, les ressources restent insuffisantes, a-t-il reconnu, avant d’expliquer  que la BOAD va continuer à mobiliser les ressources à travers un mécanisme  mis en place et entend réussir sa mission.
La  Banque restera-t-elle dans la continuité ou envisage-t-elle de  nouvelles orientations ? A cette question, M. Adovelande  a répondu que compte tenu du fait que  les défis persistent, la BOAD, tout en  renforçant ce qu’elle  fait  actuellement, doit évoluer vers d’autres horizons. «Il y a juste cinq ans que la   priorité énergétique s’est imposée à nous. Nous allons faire toutes les réformes qu’il faut pour aller dans ce secteur, mais nous resterons toujours stratégiquement  dans  le financement des infrastructures dans les domaines aussi bien publics que  privés. Nous sommes dans la sécurité alimentaire et nous y resterons. Nous allons renforcer notre appui au secteur privé (74%   de nos financements directs vont au secteur public et 26% au secteur privé). Bref,  tout en consolidant ce que nous faisons depuis 45 ans, nous sommes obligés d’aller vers les nouveaux enjeux qui s’imposent à nous, notamment l’électrification rurale, l’énergie solaire et tout ce qui concerne l’environnement», a-t-il expliqué. S’agissant des prévisions dans le secteur de l’énergie, le patron de la BOAD a évoqué les actions déjà entreprises par la banque, à savoir le financement  en 5 ans de 18 projets pour un montant total de 185 milliards de FCFA  dans le domaine des énergies renouvelables. En perspectives,  la banque envisage de mobiliser des ressources en vue du  financement  des projets viables. La difficulté, selon lui,  ne réside pas dans  l’insuffisance de ressources financières, mais dans le fait  de trouver des projets bancables et  viables.
La BOAD a la  responsabilité d’accompagner les gens pour qu’ils puissent présenter des projets bancables,  et c’est ça la nouvelle orientation, a déclaré M. Adovelande. «Nous avons toujours eu tendance à  attendre que les projets viennent à nous mais, nous allons faire en sorte d’accompagner les porteurs de projets, de les encadrer de leur apporter le renforcement des capacités. Nous allons jouer  de plus en plus  un tel rôle en consolidant ce que nous faisons déjà et qui constitue des enjeux pour la sous- région  en matière d’infrastructures,  de sécurité alimentaire, d’appui au secteur privé, mais la question climatique est devenue une nouvelle préoccupation à intégrer dans nos actions», a détaillé le président de la BOAD.
Envoyée spéciale
Fatoumata MAÏGA
 

Laisser une réponse