Contribution : La rue, ce tableau clinique

0
193

Espace de liberté, lieu de convivialité, de rencontre et de partage, la rue est pour nous une alliée fidèle. Elle est aussi un miroir grossissant, envahissant l’actualité, accueillant nos liesses populaires ainsi que nos protestations indignées. Confidente discrète et sûre, parce que muette, elle véhicule nos angoisses, subit nos trahisons, cèle nos mensonges ainsi que nos arrière-pensées.

Reflet de nos attentes déçues, de nos ambitions inassouvies ainsi que de nos désirs contrariés tout comme du temps de notre splendeur, la rue nous regarde avancer masqués en spectatrice silencieuse de nos espérances ajournées et de nos réussites inattendues. Elle porte nos actes de grandeur tout autant qu’elle trahit nos complots et nos pièges.

La rue nous observe empêtrés dans les embarras de la circulation, créés par nous-mêmes. Elle nous voit tenter de trouver la chaussée la moins défoncée, la crevasse la moins profonde et les flaques les moins apparentes à éviter. Elle est le terrain de nos disputes de la priorité même aux ambulances, aux corbillards aux pompiers ainsi que de nos marques de courtoisie et de nos incivilités. Il suffit d’observer comment nous y conduisons nos engins motorisés comme nous nous conduisons dans la vie courante.

LABORATOIRE OUVERT

La rue accueille ses enfants, ceux que l’insécurité familiale, les conflits et la pauvreté ont chassés des foyers. Ils y côtoient en premiers la pluie, le froid, la faim et la misère. Ils sont les plaies de notre société marquée par un espace urbain qui se ruralise inexorablement. Nos faiblesses apparaissent devant le drame d’enfants de la rue plus secourus par les cœurs venus d’Occident que par notre propre compassion.
La rue n’est pas que malheurs et galère. Elle est aussi une école pour ces déracinés, premières victimes de l’exil intérieur. Son école enseigne l’endurance, la résilience, l’obstination à rester debout après une chute, la volonté de se reconstituer, la détermination de combler les absences.
L’école de la rue est un laboratoire ouvert où le quotidien est un combat dans lequel on mesure ses forces et prend conscience de ses limites face au réel. Un condensé de la vie sociale, une confrontation permanente entre ce qui est voulu et ce qui est offert. Un théâtre d’ombres où se jouent la tragédie de la grandeur et la décadence dans la fulgurance des destins.

La rue est aussi ce lieu de communion et de liberté sans frontière ni délimitation entre maisons et voisins ainsi qu’entre citoyens apprenant à accepter les obligations de la vie en société, s’obligent mutuellement entre le permis et l’interdit. La rue n’est pas seulement habitée par le présent. Elle est notre histoire qui rythme la succession des générations. Elle accueille nos héros, parfois leurs bourreaux.

Ce compagnonnage mal assorti est très souvent décrié et contesté depuis les siècles d’oppression et s’est même drapé d’un lustre particulier depuis l’assassinat de George Floyd à Minneapolis, le 25 mai dernier, Journée de l’Afrique. Depuis cette barbarie de neuf interminables minutes, des statues sont déboulonnées de par le monde en même temps que fleurit au fronton de maints édifices de par le monde la sentence immuable “les hommes naissent libres et égaux, indépendamment de la couleur de leur peau ou de la texture de leurs cheveux”, comme le proclamait Martin Luther King.

GÉNÉRATIONS PERDUES

La rue est une alliée que nous traitons sans ménagement sauf quand la peur du gendarme nous en dissuade. Nous lui infligeons des blessures que nous ne prenons pas la peine de soigner en bons citadins pressés et dépourvus d’altruisme. Appartenant à tous, nul n’a le temps de soigner cet héritage, s’abandonnant à la vérité du proverbe latin, «On néglige communément ce que l’on possède en commun». La rue n’est pas que le plancher des vaches pour nos pas et nos engins motorisés. Loin d’être un macadam statique, elle est une âme qui vit au fil du temps. Une part de nous-mêmes.

La rue, telle qu’en elle-même, est le tableau clinique de l’état de nos États modernes. L’image d’Epinal est connue : mendiants déguenillés, marchands à la sauvette, voleurs à la tire, bandits guettant un petit coup, tous pourchassés par des forces de l’ordre essoufflées. La voie publique nargue le pouvoir public, avouant, à grands traits, son impuissance pathétique.

La rue est l’image de l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes, l’ambition que nous nourrissons pour notre destin, le legs à transmettre aux générations futures. C’est l’un des premiers visages qu’aperçoit le visiteur, touriste ou investisseur, arrivant dans notre pays pour la première fois. La rue est notre ADN. Dis-moi comment est ta rue, je te dirai qui tu es. La rue est surtout la place accordée au citoyen par les pouvoirs publics, un déterminant dans les projets de société, vocables serinés par tous les régimes avant leur installation. Les soins mis à sa qualité pérenne traduisent le sérieux de la gestion d’un pays. Protégeons la rue. Soignons-la. Éclairons-la. Aimons-la. Ce défi est à notre portée. Il reste une des clés de la bonne gouvernance.

Hamadoun TOURÉ
*[email protected]

Laisser une réponse