Coronavirus : Un soutien pour la pérennisation des services de santé de la reproduction

0
238

Des kits et du matériel additionnel pour assurer la protection des jeunes contre la maladie

Dans le cadre de la prévention et de la riposte contre le Covid-19, l’ONG Agir de l’épouse du président de la République, Mme Keïta Aminata Maïga, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population, (UNFPA), a offert des kits de protection aux trois centres médico-éducatifs (centre de vie de Lassa, celui de Ouinzinbougou et de l’infirmerie du Groupe scolaire Mamadou Konate) et à 9 centres de santé communautaire (Cscom) et radios communautaires, partenaires de l’ONG Agir.
L’organisation de la Première dame a aussi remis pour les mêmes bénéficiaires des matériels sanitaires et médicaux mais aussi des équipements télévisuels, des kits de sonorisation, ainsi que du matériel de bureau et des documents (supports et guides).
La cérémonie de remise était présidée, vendredi dernier, à la Base B par la Première dame, Mme Keïta Aminata Maïga, en présence de nombre d’invités de marque.
Le lot d’équipements donné par l’ONG Agir et l’UNFPA a coûté un peu plus de 30 millions de Fcfa.
Selon le représentant de l’UNFPA, Eugène Kongnyuy, il s’agit, à travers ce don, de permettre à ces services de continuer leurs activités. «Il faut que les services de santé continuent pour la promotion de l’autonomisation et de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes», a relevé le responsable de l’organisme onusien.
Pour lui, dans un contexte de pandémie, il est important que ces services soient assurés. Pour y arriver, il fallait le matériel additionnel pour assurer la protection des jeunes contre le coronavirus. C’est pourquoi, a-t-il expliqué, nous avons jugé nécessaire d’apporter cet appui.
Mme Keïta Aminata Maïga a remercié l’UNFPA pour avoir répondu à l’appel de son organisation.
Pour l’épouse du chef de l’État, toutes les aides sont les bienvenues dans la lutte contre la pandémie du coronavirus qui affecte le monde entier.
Elle a saisi l’occasion pour demander à la population malienne, surtout à ses sœurs, d’observer les gestes barrières et de sortir moins, c’est-à-dire de limiter les déplacements.
La présidente de l’ONG Agir a aussi insisté sur le port des bavettes et d’éviter les contacts comme se serrer les mains. Elle estime qu’en observant ces mesures, chacun de son côté, nous aurons moins de problèmes.

Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse