Couverture sanitaire universelle : LE MALI PLUS QUE JAMAIS ENGAGÉ

0
420

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique lors de son intervention


Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, a procédé, hier à Korofina, au lancement des activités de la Journée mondiale de la santé que consacre le 7 avril. Mais pour des raisons d’agenda des auto rités, l’événement a été avancé dans notre pays. La cérémonie a enregistré la participation des partenaires techniques et financiers et de nombre d’acteurs de la santé. La 70è Journée mondiale de la santé se tient donc sur le thème : «Couverture sanitaire universelle (CSU) pour tous et partout». Elle offre l’opportunité d’attirer l’attention des pays sur les efforts actuels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour aider les pays à atteindre la couverture sanitaire universelle.
Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a indiqué que la mise en place de la CSU a un triple objectif. Il s’agit de fournir une couverture maladie à toutes les personnes résidant dans notre pays, d’organiser cette couverture pour qu’elle donne accès à un panier de soins, répondant à l’ensemble des besoins de santé mais aussi de réduire au maximum la charge financière des ménages recourant aux services de soins essentiels. Pour Pr Samba Ousmane Sow, la CSU veille à ce que chaque personne, indépendamment de son lieu de résidence et de son statut social, bénéficie des services de santé essentiels et de qualité dont elle a besoin sans pour autant subir des difficultés financières. Elle est donc un puissant levier au service de l’équité. Elle assure la santé pour tous, renforce la sécurité sanitaire, réduit la pauvreté et améliore l’égalité entre les femmes et les hommes.
A ce propos, le ministre a déclaré que le gouvernement s’est engagé dans un processus qui devra aboutir à l’horizon 2018 à l’instauration de la couverture maladie universelle (CMU). Il a précisé que l’atteinte de cet objectif passe par des structures de santé dotées de personnels qualifiés et motivés, de plateaux techniques adéquats et une bonne organisation de soins. « C’est dans cette perspective que mon département a engagé une vaste réforme du système de santé pour l’amélioration de l’offre de soins explique le ministre. Ceci se traduit par des actions de mise à jour du système telles que l’érection de centres de santé communautaire (CSCOM) en centres de santé de référence (CSREF) mais aussi de CSREF en établissement publics hospitaliers de 2è référence. D’autres établissements de 2è référence ont été érigés en hôpitaux de 3è référence et ceux qui occupaient initialement ce pallier sont devenus des établissements hospitaliers de 4è référence à Bamako. La réforme a aussi abouti à la création d’une direction générale de la santé publique au lieu d’une direction nationale de la santé », a détaillé Pr Samba Ousmane Sow. Il a invité l’ensemble des acteurs nationaux avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers à s’investir pour la réussite des activités de la Journée mondiale de la santé. Il espère que la mise en place de la couverture sanitaire universelle dans toutes ses composantes sera plus un levier important du développement de notre pays, dans les années à venir. Le représentant résident de l’OMS, Dr Lucien Manga, a saisi l’occasion pour saluer les efforts accomplis par le Mali dans le cadre de la CSU, notamment l’institution de l’Assurance maladie obligatoire, du régime d’assistance et la mise en place des mutuelles de santé.
Il a souligné que la réforme du système de santé en cours s’inscrit dans cette initiative et permettra, sans nul doute, de combler l’attende des milliers de populations en matière de santé. Malgré ces progrès notables, le représentant de l’organisme onusien estime que beaucoup reste à faire.
Pour Dr Lucien Manga, notre pays doit encore s’efforcer d’améliorer sa gouvernance pour une gestion plus rationnelle et plus efficiente de l’action sanitaire, combler le très grand déficit des ressources humaines pour la santé et accélérer la réduction du paiement direct pour les soins de santé, entre autres. Un leadership efficace est un engagement politique de haut niveau constants sont essentiels pour y arriver.
Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse