COVID-19 : La Banque mondiale accorde 15,6 milliards de FCFA au Mali 

0
441

La cérémonie de signature de l’accord s’est déroulée hier à la Primature, en présence du Premier ministre, Dr Boubou Cissé et du ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé

Le Premier ministre, ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé et la directrice des Opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Mme Soukeyna Kane, ont signé, hier, un accord destiné au financement du projet de riposte d’urgence à la pandémie du Covid-19 au Mali. La cérémonie de signature s’est déroulée à la Primature, en présence du ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé.
À travers cet accord, la Banque mondiale accorde au gouvernement malien un financement de 25,8 millions de dollars (environ 15,6 milliards de Fcfa), dont la moitié sous forme de don et l’autre moitié sous forme de crédit remboursable.
L’objectif visé est le renforcement de la capacité du gouvernement du Mali à prévenir la pandémie du Covid-19, à s’y préparer et à y répondre de façon efficace sur toute l’étendue du territoire national. Il s’agit, notamment, de faire face aux multiples conséquences de la maladie sur l’ensemble des secteurs d’activité de la vie économique, sociale, culturelle, conformément à la Politique nationale de lutte contre la pandémie du Covid-19.
Soukeyna Kane a expliqué que le Projet de riposte d’urgence à la pandémie du Covid-19 s’inscrit dans le cadre de l’aide rapide d’un montant global de 14 milliards de dollars (environ 8.000 milliards de Fcfa) mobilisé par le Groupe de la Banque mondiale afin d’aider les systèmes de santé à relever les défis immédiats de cette pandémie.
Elle a rappelé que la pandémie se propage rapidement dans le monde entier et met le système sanitaire malien, déjà fragile, à très rude épreuve. «De ce fait, le projet de riposte d’urgence à la pandémie du Covid-19 vise à faire face à cette crise sanitaire, notamment grâce à l’amélioration de l’accès aux services de soins de santé et la promotion d’une réponse intégrée à la pandémie par le biais d’un renforcement des moyens de dépistage (tests), de détection et de traitement des patients, ainsi qu’à l’amélioration des capacités des laboratoires et des moyens de veille sanitaire», a-t-elle dit.

GESTE SOLIDAIRE- La directrice des Opérations de la Banque mondiale a précisé que ce nouveau projet est un complément essentiel aux projets de santé en cours, financés au Mali par l’institution financière. À ce titre, le projet s’appuiera sur le Programme de renforcement des trois systèmes régionaux de surveillance des maladies (Redisse) et le Projet d’accélération vers la couverture médicale universelle (PACSU). Aussi, permettra-t-il de renforcer la surveillance, la détection et la gestion des cas à Bamako, dans les régions et les districts sanitaires. Il permettra également de rendre disponibles 100 cliniques modulaires pour accroître la capacité en lits et d’augmenter la fourniture d’équipements de protection individuelle.
Par ailleurs, le projet prévoit la formation du personnel de santé, l’augmentation du nombre des agents et l’octroi de primes pour améliorer les conditions de travail.
Les structures de santé devant prendre en charge les patients du Covid-19 recevront une aide financière. Aussi, les ménages affectés bénéficieront d’un soutien financier, de denrées alimentaires et de produits essentiels pour leur permettre de faire face aux mesures prises pour freiner la propagation de la maladie.
Soukeyna Kane a annoncé que compte tenu des défis que pose la pandémie du Covid-19, ce soutien d’urgence n’est que le début d’un effort plus vaste que le Groupe de la Banque mondiale prévoit de fournir aux pays qu’elle finance dont le Mali.
«Nous devons nous atteler à protéger les vies, mais également les moyens de subsistance en soutenant les populations pauvres et vulnérables, les entreprises du secteur privé et le redressement de l’économie», a-t-elle déclaré.
Pour le Premier ministre Dr Boubou Cissé, ce geste solidaire et humanitaire de la Banque témoigne, une fois de plus, toute la volonté de diversification et d’intensification des interventions de l’institution financière au Mali. Le chef du gouvernement a salué les autorités du Groupe de la Banque mondiale à travers la directrice des Opérations pour le Mali pour la promptitude avec laquelle l’institution intervient aujourd’hui pour soutenir le gouvernement du Mali dans ses efforts de prévention et de lutte contre cette pandémie.
Dr Boubou Cissé a souligné qu’à ce stade, s’il est difficile de prévoir les impacts du Covid-19 sur l’économie, le Mali commence déjà à ressentir ses effets. Les prévisions établies par les services officiels projettent le taux de croissance de l’économie malienne à 0,9%, contre une projection initiale de 5,00% au titre de l’année 2020. «Au total pour le Mali, le manque à gagner en termes de recettes du budget général est estimé à 222,1 milliards de Fcfa au premier semestre 2020. En tenant compte des économies envisageables au niveau des dépenses, il se dégagerait un besoin de financement à couvrir de 182,2 milliards de Fcfa au 30 juin 2020», a précisé Dr Boubou Cissé, avant d’assurer que le gouvernement mettra tout en œuvre pour honorer ses engagements contenus dans le présent accord.

Aminata Dindi
SISSOKO

Laisser une réponse