Covid-19: Les membres du RECOTRADE outillés

0
95

« Prévenir vaut mieux que guérir ». Le ministère de la Culture semble faire sien cet adage en organisant un atelier de formation pour mieux outiller les membres du Réseau des communicateurs traditionnels pour le développement (Recotrade) et des superviseurs sur les stratégies de sensibilisation et d’information relatives à la prévention de la Covid-19.
La cérémonie d’ouverture de la rencontre s’est déroulée, jeudi dernier au Musée national, sous la présidence du secrétaire général du département de la Culture, Yamoussa Fané, en présence du représentant de la Minusma, Ali Daou, du président du Recotrade, Moctar Koné et de nombreux invités.

Après une première campagne de sensibilisation contre la propagation de la pandémie du coronavirus en mai dernier au niveau de la Gare routière de Sogoniko, le ministère de la Culture a initié cette formation sur les mesures barrières contre la propagation de la pandémie Covid-19. Ils étaient environ 120 participants, venus de Bamako et de l’intérieur du pays.

Cette formation d’une journée a été financée par le Système des Nations unies à travers la Minusma. Elle est également dirigée par des spécialistes du ministère de la Santé et des Affaires sociales et de l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

Selon Yamoussa Fané le risque d’une recrudescence de la Covid-19 n’est pas à exclure et la vigilance doit être de mise.
« Nous devons intensifier les campagnes d’information et de sensibilisation sur le respect des mesures de protection individuelle et collective, mais aussi convaincre nos compatriotes de l’existence de la maladie », a insisté le secrétaire général, avant de faire un rappel du contexte de la pandémie dans notre pays. Les premiers cas de coronavirus ont été déclarés chez nous le 25 mars dernier.
Depuis, le nombre de personnes testées positives a augmenté. à en croire Yamoussa Fané, son département, en appui aux efforts du gouvernement et en partenariat avec les acteurs culturels, a contribué à la mobilisation sociale et aux efforts de communication, mais aussi à limiter la contagion. Pour lui, les gens ne sont plus dans le déni et le ministère de la Culture a aussi apporté une contribution dans l’adoption des gestes barrières.

Compte tenu des résultats tangibles enregistrés au cours de la campagne de sensibilisation, le département de la Culture a soumis, à la Minusma, une requête de financement d’une campagne de sensibilisation d’envergure.
C’était en collaboration avec le Recotrade élargi à six communes de Bamako et à 30 cercles. Ali Daou a exprimé l’engagement des partenaires à accompagner notre pays dans la lutte contre la Covid-19.

Le président du Recotrade a salué l’initiative et l’accompagnement permanent du ministère de la Culture dans la gestion des crises sociales. Il a aussi fait des bénédictions pour la restauration de la paix et la réconciliation nationale.
Quant à son adjoint, Amadou Dagamaïssa, il a expliqué le rôle et la place des communicateurs traditionnels. Nous gardons le même rôle : informer, sensibiliser, éduquer, conseiller et communiquer malgré les avancées dans le domaine des nouvelles technologies de l’information.

Amadou SOW

Laisser une réponse