Crise sécuritaire : LE MOUVEMENT POUR LA DÉMOCRATIE ET LE CHANGEMENT EXHORTE AU DIALOGUE

0
242

Officiellement créé le 26 juin dernier, le Mouvement pour la démocratie et le changement (MDC) a organisé sa première conférence de presse, samedi dernier, à son siège à Niamakoro Cité Unicef.
L’occasion était bonne pour le secrétaire administratif du parti, Souleymane Konaté et ses camarades du bureau politique national de présenter la vision de leur mouvement politique à l’opinion nationale et internationale.
Détaillant les circonstances de la création du MDC, Souleymane Konaté dira que conscients des enjeux du moment et des défis multiformes à relever pour le Mali, des patriotes avertis du pays, sans discrimination aucune, ont décidé de se donner la main autour d’un parti politique pour la cause de la patrie.
Selon lui, le Mali traverse une période sombre de son histoire et les maux qui l’assaillent l’empêchent aujourd’hui de se développer. Il s’agit, a précisé le conférencier, de graves problèmes sécuritaires généralisés, de conflits sur fond de crises intercommunautaires, de risques graves de partition du pays…
Compte tenu de cette situation, le responsable du MDC a exhorté les différents protagonistes, engagés dans la crise dans la région de Mopti, à un dialogue inclusif. Il a aussi souhaité la présence effective et massive de nos soldats dans cette partie du pays. «Au regard de cette impasse dans laquelle se trouve plongé notre pays, le MDC compte poser des jalons et jouer pleinement son rôle sur l’échiquier politique malien, apporter sa pierre à l’édifice national, consolider les acquis démocratiques puis œuvrer inlassablement au retour de la paix», a assuré Souleymane Konaté. Pour ce faire, a-t-il poursuivi, le parti compte capitaliser les propres atouts du pays en faisant du paiement des impôts et taxes son cheval de bataille.
Par ailleurs, le principal animateur de la conférence de presse a indiqué qu’une exploitation judicieuse de notre agriculture contribuera efficacement non seulement à résorber le chômage, mais aussi à faire de l’autosuffisance alimentaire une réalité.
Les questions des journalistes ont essentiellement porté sur la tenue du dialogue politique inclusif qui est d’actualité dans notre pays. En réponse, le secrétaire général du parti, Zanga Goïta, a déclaré que le parti souhaite que ce dialogue politique inclusif ne se limite pas à Bamako. Il faut la participation de toutes les couches sociales basées dans les autres régions du pays pour qu’il soit national, a-t-il insisté.

Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse