Crise sociopolitique : Les femmes parlementaires et la diaspora reçues par le président de la République

0
282

Le chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta a reçu successivement en audience hier après-midi à l’ex-Base B, le Réseau des femmes parlementaires du Mali et une délégation du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) venus exprimer leur soutien aux institutions de la République et leur offre de contribuer à la sortie de crise. La première délégation reçue par le chef de l’État a été le Réseau des femmes parlementaires conduit par sa présidente, Haïdara Aichata Alassane Cissé, députée élue à Bourem. Ces élues étaient venues remercier le chef de l’État pour sa volonté politique qui a permis que 41 femmes soient aujourd’hui députées à l’Assemblée nationale.

À leur sortie d’audience, la présidente du réseau a indiqué qu’elles ont rencontré le président Keïta pour lui exprimer, dans un premier temps, leur gratitude d’avoir initié le projet de loi qui a permis à 41 femmes d’accéder à l’Hémicycle et ensuite, apporter leur soutien au chef de l’État. Pour Aïchata Alassane Cissé, quand il y a crise, les femmes doivent s’impliquer pour l’apaisement. C’est pourquoi, elles sont venues dire au président de la République qu’elles suivent avec beaucoup d’attention ce qui se passe actuellement dans le pays.

Les femmes députées se sont, à ce titre, auto saisies du problème pour jouer à l’apaisement. «Dans un deuxième temps, nous sommes venues dire au président de la République que les institutions doivent être soutenues. Nous soutenons en tant que parlementaires les institutions de la République», a insisté l’élue de Bourem. Qui a également déclaré qu’elles étaient venues annoncer au chef de l’État avoir entrepris des démarches auprès de la première institution (le président de la République, ndlr) et auprès de tous les acteurs pour apaiser le climat qui prévaut aujourd’hui dans le pays.

Le chef de l’État a réaffirmé à tous ses interlocuteurs sa disponibilité à dialoguer

Aïchata Alassane Cissé ajoutera que le Réseau soutient également toutes les autres institutions du pays. Le réseau regroupe toutes les femmes de l’AN, opposition et majorité confondues. D’après elle, elles sont sorties satisfaites de leur rencontre avec le président de la République et surtout de la disponibilité du chef de l’État à discuter avec tous les Maliens, y compris ceux qui ne sont pas contents de ce qui se passe en ce moment. «On a été entendues par le président de la République et on a demandé son accompagnement parce qu’à partir d’aujourd’hui, on va continuer à discuter avec tout le monde pour que le Mali soit celui qu’on a toujours connu», a annoncé Aïchata Alassane Cissé.

Elle a ensuite promis que le Réseau va rencontrer tous les acteurs de la crise à l’intérieur où à l’extérieur du pays. Après le Réseau des femmes parlementaires du Mali, ce fut au tour de la délégation du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) d’être reçue par le chef de l’état. La délégation était conduite par le premier responsable du HCME, Habib Sylla.

à sa sortie d’audience, ce dernier dira que compte tenu de la situation du moment et vu l’importance de la communauté malienne établie à l’extérieur, il était tout à fait normal pour le HCME de chercher à rencontrer le chef de l’État afin de discuter avec lui. Mais surtout, apporter son soutien au président de la République en ces moments difficiles afin qu’une solution pérenne soit trouvée à cette crise que traverse le pays. D’après Habib Sylla, Ibrahim Boubacar Keïta a rassuré le HCME qu’il est disponible à faire tout ce qu’il peut pour que le pays retrouve la quiétude, la paix, l’unité et la cohésion sociale.

Habib Sylla a annoncé que le HCME ne va pas s’arrêter là, il continuera à démarcher tous les acteurs de la crise qui sont, après des Maliens qui se connaissent tous. «Nous allons faire en sorte que le Mali soit privilégié parce que si nous mettons le Mali au-dessus de tout, les solutions peuvent être trouvées parce que tout ce beau monde a toujours vécu ensemble dans ce beau pays», a indiqué Habib Sylla. Pour lui, le pays souffre déjà de beaucoup de problèmes et lacunes et il ne faut pas en rajouter à la crise. «Nous ne sommes pas pour la destruction du Mali; c’est pourquoi, nous en appelons à la sagesse et au patriotisme des uns et des autres car la paix n’a pas de prix», a conclu Habib Sylla. Après la délégation du HCME, le président de la République a accordé une audience à l’ambassadeur de la Norvège en fin de mission dans notre pays et qui était venu faire ses adieux.

Dieudonné DIAMA

Laisser une réponse