Cyclisme : Nouhoum Danioko, le premier champion du mali tire sa Révérence

0
188

C’est un monument du cyclisme malien qui vient de nous quitter. Nouhoum Danioko, puisqu’il s’agit de lui, a, en effet, marqué de son empreinte le cyclisme national dans les années 1960. C’est lui qui a été sacré champion du Mali en 1962 lors de la Biennale artistique et culturelle.

Nouhoum Danioko est décédé dans la nuit du 8 juin dans sa famille, à Kadiolo à l’âge de 80 ans. Selon le président de la Fédération malienne de cyclisme (FMC) Amadou Togola, l’ancien coureur est décédé des suites d’un malaise. «C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la mort de Nouhoum Danioko. Il a marqué l’histoire du cyclisme malien et nous nous souviendrons toujours de lui», a réagi le premier responsable du cyclisme national qui a connu le premier champion du Mali en 2018. «Je l’ai connu à travers Tiona Mathieu Koné (ancien journaliste de l’ORTM, ndlr) et la même année, nous avons organisé une course pour lui rendre hommage. Jusqu’à sa mort, Nouhoum Danioko faisait tous les jours au moins 15 km de vélo», a témoigné Amadou Togola.

«Kadiolo Tièdian», comme l’appelaient familièrement les supporters, a passé une grande partie de sa vie comme vigile à l’école Dialakoro Danioko de Kadiolo. Mais avant d’être vigile, Nouhoum Danioko était maçon et c’est par hasard qu’il est venu dans le monde du vélo. En effet, indique-t-on du côté de la fédération, c’est lors d’une course initiée par le gouverneur de Sikasso que le commandant du Cercle de Kadiolo a fait appel à Kadiolo Tiédjan pour compléter à cinq, le nombre de représentants du Cercle.

Nouhoum Danioko était alors totalement inconnu du grand public et personne ne s’attendait à le voir relever le défi, face à l’élite régionale. Non seulement a répondu présent, mais mieux, il a remporté l’épreuve et offert le trophée au cercle de Kadiolo.

Depuis, Kadiolo Tiédjan n’a plus quitté le monde du vélo et pendant sa longue carrière, il a collectionné les trophées dans les compétitions nationales. «Quand j’ai remporté la course en 1962, c’est le président Modibo Kéïta qui m’a remis le trophée en personne. Il m’a ensuite demandé si j’étais instruit. Je lui ai répondu que je n’ai jamais fréquenté l’école, il était très surpris», nous confiait-il en 2017.

Depuis le lundi 8 juin, El Hadj Nouhoum Danioko repose au cimetière où il a été conduit par une foule composée de parents, d’amis et de responsables sportifs. Dors en paix, Kadiolo Tiédjan !

Seïbou S. KAMISSOKO

Laisser une réponse