Décoration : Un art de vivre au Mandé

0
452

Décorer les maisons avec du banco et des colorants est une pratique sociale du Pays manding. Réalisées par les femmes, ces œuvres artistiques expriment des messages sur l’histoire des familles, leur environnement, les joies et les peines dans les foyers. Les créations reflètent aussi la sensibilité, l’humour et les préoccupations des artistes

« Bogo Ja » veut dire littéralement en Bamanan, l’image du banco. C’est une pratique artistique ancrée dans la culture mandingue et portée traditionnellement par les femmes. Elle est pratiquée avec des matériaux naturels tels que les terres colorées et les colorants naturels extraits de plantes. Cette façon de décorer les maisons est l’expression de l’ingéniosité des femmes de la localité de Siby.
La décoration des maisons est un travail de réflexion caractérisé par la recherche des matériaux, des couleurs, du thème et du sujet. Rien d’étonnant donc qu’un festival soit consacré à ce travail artistique. Dominé par la recherche de l’esthétique, le festival « Bogo Ja » est basé sur la création d’un cadre de vie agréable et la protection de l’environnement.

Amadou SOW

Le festival ambitionne de promouvoir cette pratique sociale en vue de la moderniser. Une façon d’assurer la sauvegarde du patrimoine local. Initié en 2014 par l’association Bougou Saba pour promouvoir le patrimoine architectural et propulser le développement socio-économique de la Commune de Siby, le festival « Bogo Ja » a bénéficié de l’encouragement de personnalités et d’institutions du Mali. Ces appuis ont permis de maintenir cet élan collectif centré sur la valorisation de l’identité culturelle du village et la préservation de l’environnement.
Les femmes sont aidées par les hommes dans le travail de la décoration. Même si l’entretien de la maison relève du devoir des femmes. Ce qui a, au fil des ans, fait de certaines femmes de véritables artisanes de l’embellissement de la maison conjugale.
Le but du festival est l’implication féminine dans un projet collectif et citoyen pour le développement de Siby. Ainsi, la rencontre permet de faire découvrir au monde la qualité artistique du savoir-faire local.
La décoration de la maison est une pratique qui exprime des messages. Elle raconte souvent l’histoire de la famille, son environnement, les joies et les peines dans le foyer. Dans ces œuvres, tous les éléments ont une signification, un sens bien précis en rapport avec la société. Certaines œuvres traitent de la cohésion sociale et du vivre ensemble. La spécificité des décorations est la diversité des couleurs et leur caractère original.

La recherche des couleurs- Pour rassembler les matériaux nécessaires à la décoration, les femmes se déplacent en dehors du village et peuvent parcourir des kilomètres en brousse. Elles vont à la recherche de différentes couleurs de banco. La couleur dépend de la zone d’extraction du banco. Elles se servent des vieux puits d’orpaillage pour l’extraction du banco. Parfois, un puits d’orpaillage peut donner différentes couleurs selon la profondeur.
L’étape de l’extraction du banco demande beaucoup d’efforts aux décoratrices et parfois même des dépenses financières. Le transport du matériau est effectué avec des charrettes ou des tricycles. Les décoratrices sont obligées de payer pour le transport.
Après cette première phase, va suivre le processus de mélange de couleurs qui est une véritable action artistique. C’est la phase de la préparation des bancos récupérés. Pendant une semaine au minimum, les femmes mélangent le banco avec divers matériaux pour le raffermir avant de commencer à étendre la première couche sur le mur. Cette couche est utilisée comme support pour les dessins. Elle est nécessaire, car les dessins ne peuvent durer sur le mur à l’état brut sans le support du crépissage.
La dernière phase du processus consiste à faire un lifting d’artiste avec les colorants pour peaufiner la création. C’est un travail de recherche et d’inspiration. La décoration reflète la sensibilité et souvent l’humour de l’artiste. Parfois, on voit dans les œuvres des cauris, des arachides, des cercles ou même des boules qui permettent aux femmes d’extérioriser leurs problèmes et leurs sentiments.
à travers les décorations, on peut comprendre les préoccupations des femmes. Pour ces artistes, c’est un espace d’expression, de dialogue et aussi d’alerte pour la société. En plus, Bogo Ja est un événement fédérateur qui permet de booster l’économie touristique et de tracer un parcours de visite des maisons décorées. Ce parcours des décorations artistiques sera intégré aux circuits touristiques habituels. Selon les critères de participation au concours, les maisons doivent être en terre et les matériaux de décoration doivent être naturels et traditionnels.

 

Kaninfin Doumbia : LA CHAMPIONNE DE LA DÉCORATION

Plusieurs fois lauréates du premier prix du concours de décoration du festival Bogo Ja, Mme Kaninfin Doumbia est une artiste perfectionniste. Ses décorations continuent de séduire le monde artistique ainsi que les amateurs de l’art. L’histoire de Kaninfin Doumbia est celle d’une femme veuve qui passe beaucoup de temps dans le champ pour nourrir ses cinq enfants. Elle a très tôt abandonné l’école pour raison de mariage et se consacre uniquement à son foyer.
Kaninfin s’est fait remarquer par les soins qu’elle met à ses décorations. Très engagée, elle se donne à fond pour changer chaque année le décor de sa maison avec l’aide de son premier fils. Depuis sept années, Kaninfin participe à la compétition de Bogo Ja. Elle a remporté le premier prix pendant 6 années successives. Malgré cette notoriété dans le village, elle garde les pieds sur terre. Elle n’a jamais participé à une véritable séance de formation pour lui permettre de mettre en valeur son talent artistique. Les prix en nature lui permettent de réaliser des activités génératrices de revenus. Cette quadragénaire ne désespère pas développer son art à travers le festival qui regroupe chaque année des centaines de Maliens et d’étrangers à Siby.
A.S.

Laisser une réponse