Diplomatie : Le Tchad a une nouvelle ambassadrice dans notre pays

0
711

Mme Kalzeube Neldingar Madjimta a remis, vendredi dernier à Koulouba, ses lettres de créance au président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Celle qui représente désormais le Tchad dans notre pays est née le 22 mars 1959 à Doko. Elle a débuté, à 23 ans, sa carrière en tant que professeur contractuel de bureau au lycée Technique commercial de Moundou.
Une profession qu’elle exercera pendant une année, avant de s’inscrire à l’Université du Bénin, d’où elle sortira en 1988 avec une maîtrise en sciences juridiques (carrière internationale).
Ce parchemin lui ouvre les portes du ministère des Affaires étrangères du Tchad en 1990. Elle y travaille jusqu’en février 2003. En effet, Mme Kalzeube Neldingar Madjimta a successivement dirigé la section Organisation de l’unité africaine à la direction des affaires politiques (1990-1991), la section Afrique du Nord (1991-1993) et celle en charge des Organes principaux des Nations unies (1993-1997).

Mme Kalzeube Neldingar Madjimta

Elle est ensuite affectée en novembre 1997 à la direction affaires juridiques comme chef de division et occupe, quatre années plus tard, le poste de directrice adjointe. Et à partir de 2003, Mme Kalzeube Neldingar Madjimta commence à servir dans les représentations diplomatiques de son pays à l’étranger. D’abord comme conseillère à l’ambassade du Tchad en France (2003-2007), puis ambassadrice extraordinaire plénipotentiaire du Tchad au Congo (2007-2018).
Détentrice d’un certificat de stage diplomatique obtenu à l’Institut des relations diplomatiques du Cameroun (1996-1998), la nouvelle ambassadrice du Tchad a également suivi des stages en droits de l’Homme et gestion des projets. Mariée, elle est mère de deux enfants.
Le président de la République a également, reçu en audience l’ambassadeur du Nigeria. Ken Nwachukwu aura passé deux ans et demi dans notre pays en qualité d’ambassadeur de la République fédérale du Nigeria. Vendredi, il était à Koulouba pour faire ses adieux au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.
Le diplomate se souviendra longtemps de son séjour au Mali, où il a «eu de très bons moments», mais également des moments de tristesse. «On va sortir de cette vague de violences et le Mali retrouvera son chemin», a-t-il déclaré, convaincu qu’il en sera ainsi, «puisque vous êtes les enfants de Soundjata Keïta».

Issa DEMBÉLÉ

Laisser une réponse