Disparition : La presse sportive orpheline de «PUISSANT»

0
273

De son vrai nom, Ousmane Koné, l’animateur de l’émission sportive de la Radio FR3 est décédé, dimanche à l’hôpital du Point G, des suites d’une longue maladie

Il répondait au nom de Ousmane Koné, mais tout le monde l’appelait par le sobriquet «Puissant». Pourquoi ? Pace que lui-même se voulait un homme puissant, pas dans le sens de la force physique, mais sa capacité à attirer l’attention des autres, à chaque fois qu’il abordait un sujet. Animateur sportif à Radio FR3, Ousmane Koné se distinguait des autres par son côté humoristique, son franc parler et surtout son altruisme. Puissant aimait rendre service aux autres sans rien attendre de retour.

Et contrairement à nombre de journalistes sportifs qui préfèrent ne pas dévoiler le nom de leur club de cœur, «Almamy Den» (le fils de l’imam en français), comme il se faisait également appeler, martelait à qui veut l’entendre qu’il est Stadiste et le restera jusqu’à la mort.
Mais le fait de s’afficher clairement n’a jamais empêché Ousmane Koné d’avoir de bonnes relations avec les dirigeants, joueurs et supporters des autres équipes. Dans ses émissions, il abordait tous les sujets et pour faire rire ses auditeurs, racontait régulièrement des histoires sus sa propre vie et celle des responsables sportifs qui étaient tous ses amis. «Je suis le seul journaliste sportif, supporter du Stade malien qui peut aller manger chez le président du Djoliba, au lendemain d’un match perdu par les Rouges face aux Blancs», se glorifiait-il. Ainsi, quand il arrivait au stade, Puissant s’employait toujours à chahuter les supporters du Djoliba qu’il considérait comme ses cousins de plaisanterie. Dans la loge de presse également, «Almamy Den» plaisantait toujours avec ses confrères avant, pendant et à la fin des matches.

Personnellement, il nous appelait «Benkè» (mon oncle en français) et nous étions l’un des rares journalistes avec lesquels il ne plaisantait pas. Son absence ne passait jamais inaperçue, ni dans les gradins, ni dans la tribune de presse, tant l’homme aimait taquiner les autres. C’est dire que la mort, le dimanche 10 mai à l’hôpital du Point G, de Ousmane Koné laisse un grand vide dans le monde sportif, en général et celui de la presse sportive nationale, en particulier. Puissant était également un membre influent de l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM) et de la commission média de la Fédération malienne de football (Femafoot).

«Almamy Den» repose, désormais au cimetière d’Hamdallaye où il a été accompagné, hier, par une foule composée de parents, d’amis, de collaborateurs et de responsables sportifs. Il laisse derrière lui une veuve et quatre enfants.

Qu’Allah le Tout Puissant et Miséricordieux l’accueille dans son Paradis éternel. Amine.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse