Dissémination de la politique nationale de la population à Ségou : Pour une meilleure appropriation des acteurs

0
393

Ségou est la 3è région la plus peuplée du Mali

Après les Régions de Koulikoro et Sikasso, Ségou a abrité hier la journée de dissémination de la Politique nationale de la population (PNP). La rencontre s’est déroulée dans la salle de conférence du gouvernorat ladite rencontre. C’était sous la présidence du ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra. On notait également la présence du chef de l’exécutif régional, Biramou Sissoko, entre autres.
L’objectif général de la rencontre est de permettre aux acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la PNP de s’approprier du contenu dudit document qui constitue un outil précieux pour le pays en vue d’atteindre le dividende démographique. Ségou occupe la 3è place de la région la plus peuplée du pays, après Sikasso et Koulikoro, avec une population qui est passée de 2.338.000 habitants en 2009 à 3.305.000 habitants en 2020, selon les projections de la Direction nationale de la population, soit 16,1 % de la population totale du Mali. Les résultats de la dernière enquête démographique et de santé du Mali (EDSM-2018) dévoilent que le taux d’alphabétisation des hommes et des femmes âgés de 15 à 49 ans sont respectivement de 40% et 20%. Concernant l’indice de fécondité, il est de 6,4 enfants par femme contre 6,3 pour le niveau national et la mortalité des moins de 5 ans est de 134 pour mille contre 101 pour mille sur le plan national. Autant de défis spécifiques que la Région de Ségou doit relever d’où la tenue de cette journée.
Selon le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, le développement du capital humain et de l’inclusion sociale occupe une place prépondérante dans l’offre politique du chef de l’État. Il s’agit, a révélé Adama Tiémoko Diarra, de faire en sorte qu’une priorité absolue soit accordée au développement des ressources humaines, l’homme et la femme devant être au centre des questions de développement. Cette préoccupation a été prise en compte dans le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD-2019-2023). Pour le chef du département de l’Aménagement du Territoire et de la Population, l’adoption en mai 1991 de la PNP par le gouvernement traduit sa ferme détermination à apporter une solution aux multiples problèmes du binôme population et développement.
Cette politique qui vise l’amélioration du niveau et de la qualité de vie de l’ensemble des catégories de la population du pays, a fait l’objet de deux révisions en 2003 et 2006. Ces différentes évaluations ont mis en exergue des insuffisances notoires, dont la non maîtrise des concepts liés à la notion d’intégration, l’incohérence des programmes de développement économique, social et culturel (PDESC) communaux avec les autres niveaux de planification, notamment sectorielle et régionale, etc.
Parlant de la situation démographique de notre pays, Adama Tiémoko Diarra dira qu’elle est marquée par un certain nombre de tendances lourdes marquées, entre autres, par la faiblesse de la santé reproductive, maternelle, infantile et néonatale d’une part et la faible autonomisation des filles et des femmes d’autre part. La dissémination de la Politique nationale de la population est assortie d’un plan d’action (2018-2022) avec 42 actions pour un budget. Ces actions, a fait savoir le chef du département, constituent pour le pays la roue du dividende démographique sont relatives à la maîtrise de la fécondité, au renforcement du capital humain avec un focus sur les femmes et les filles et l’amélioration de la gouvernance politique, économique et sociale.
Mamadou SY
Amap-Ségou

Laisser une réponse