Droit international humanitaire : SESSIONS DE FORMATION POUR LES ACTEURS DE LA CHAÎNE PÉNALE ET DES OSC DE SÉGOU

0
252

Instaurer une réflexion sur le droit international humanitaire (DIH) dans le contexte malien à l’intention des acteurs de la chaîne pénale de la région de Ségou (magistrats, officiers de police judiciaire, agents de l’ordre judiciaire) et les membres des organisations de la société civile (OSC), tel est l’objectif général de l’atelier qui s’est ouvert mardi dans un hôtel de la place à Ségou. Cette importante rencontre a eu lieu en présence de la représentante d’IDLO Mali, Assétou Diabaté, du vice-président du Cadre de concertation des acteurs de la chaîne pénale (CDC/ACP) de Ségou, Abdoul Karim Diamouténé et des experts de Diakonia, Dr Kalilou Sidibé et Dr Jean de Dieu Sikulibo.

L’Organisation internationale de droit du développement (IDLO) qui a fait de la promotion de l’accès à la justice et de l’Etat de droit le fer de lance de ses actions, œuvre âprement pour la mise en place des institutions juridiques et judiciaires au service des citoyens. C’est ainsi qu’en partenariat avec l’ONG Diakonia elle organise à Ségou un atelier de réflexion sur la répression des infractions en DIH. Il est utile de rappeler que c’est le CDC/ACP qui a exprimé le besoin de tenir un atelier à la suite de la persistance du conflit armé et d’une situation sécuritaire dégradante marquée par de nombreuses violations du DIH et des droits de l’Homme.

A la fin des travaux de deux jours, les participants auront acquis une meilleure connaissance des concepts clés sur les DIH, le cadre légal régissant les infractions en DIH sera connu. En outre, le DIH sera abordé dans le contexte malien sous l’angle de la lutte contre le terrorisme et la protection des enfants vulnérables.
Assétou Diabaté a salué l’initiative d’organiser un atelier de réflexion sur la répression des infractions en droit international humanitaire pour mieux édifier les uns et les autres sur la répression des infractions. Selon elle, le projet «Renforcement de la chaîne pénale au Mali» d’IDLO financé par le Royaume des Pays-Bas a comme, entre autres, objectifs d’appuyer et de renforcer les capacités des acteurs de la justice pénale dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao. Pour la représentante d’IDLO, l’indépendance de la justice est un principe cardinal dans toute société démocratique et dans tout Etat de droit. Assétou Diabaté a aussi évoqué les appuis multiformes que plusieurs bailleurs et partenaires ont investi depuis 2012.

Se prononçant sur la thématique du DIH, elle a souligné qu’elle vise à réglementer, protéger, les populations civiles et les personnes hors de combat. «C’est ainsi qu’avec Diakonia nous avons apporté notre appui dans la tenue de cet atelier pour vous les magistrats, OPJ, officiers de l’administration pénitentiaire, membres des OSC de la région de Ségou afin de prévenir les infractions au DIH», a fait remarquer Assétou Diabaté. Pour être efficace, elle estime que cette action doit se poursuivre par un engagement commun en faveur de la lutte contre l’impunité, garante de reconnaissance et de réparation pour les victimes et marquant la volonté de ne plus tolérer les infractions au droit international humanitaire.

Pour sa part, le vice-président du Cadre de concertation des acteurs de la chaîne pénale (CDC/ACP) de Ségou a fait savoir qu’au-delà du renforcement des capacités, IDLO vient en appui en matériels. Tout en saluant la richesse et la diversité des thématiques, Abdoul Karim Diamouténé a invité les participants à plus d’attention en vue d’atteindre les objectifs escomptés.

Mamadou Sy
AMAP-Ségou

Laisser une réponse