E-commerce: UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION AU MALI

0
440

L’ordinateur fait partie des outils indispensables pour le e-commerce


Avec le e-commerce, on a la possibilité étant à la maison de pouvoir acheter un produit avec la livraison gratuite. Un système très avantageux pour les clients
L’histoire du e-commerce au Mali est à écrire dans les années à venir, notamment son impact sur l’économie de notre pays. Il faut considérer que l’essor du e-commerce va impacter l’ensemble de l’économie de notre pays. Cette activité du secteur tertiaire, c’est à dire celui des services, devient de pus en plus un vecteur d’embauche de la plupart des jeunes diplômés sans emploi de nos universités et aussi des sortants des écoles professionnelles. Son développement individuel et collectif chez les jeunes revêt une importance capitale pour l’avenir du Mali afin d’assurer l’épanouissement personnel de chacun, la création de nouveaux emplois et la vitalité économique de notre société.
En effet, le e-commerce (commerce électronique) est la vente ou l’achat de produits et de services en ligne, entre deux entités sur le réseau informatique, notamment internet. Dans la vie pratique, nous sommes tous consommateurs et nous allons tous dans des boutiques pour acheter. Maintenant, il y a d’autres façons d’acheter en utilisant des outils informatiques, c’est à dire avec les ordinateurs, les tablettes et les Smartphones. Donc pour pouvoir acheter en ligne, il faut que cet équipement soit connecté sur un réseau qu’on appelle «Internet». Le récent développement de la vente en ligne et des livraisons à domicile est une réalité chez nous.
A priori, l’achat en ligne correspond à une logique d’optimisation, un véhicule livrant plusieurs clients au sein d’une tournée alors que chaque achat réalisé par un consommateur dans un magasin physique génère au minimum un déplacement supplémentaire lorsqu’il est inséré dans une chaine de déplacement, et au maximum deux déplacements (aller-retour domicile/magasin ou bureau magasin). Avec le e-commerce, on a la possibilité étant assis à la maison de pouvoir acheter un produit avec livraison gratuite. Il y a un système qui permet également de pouvoir comparer les différents prix pour avoir le produit à un prix raisonnable.
Pour Mady Sidibé, directeur de Malimarket (un start-up de e-commerce), le premier impact du e-commerce au Mali est le développement du secteur de la télécommunication, qui selon lui, a enregistré beaucoup de retard dans les années précédentes. En second lieu, ajoute-t-il, c’est vraiment le développement de la troisième économie (secteur des services).
«Le e-commerce aujourd’hui participe à l’augmentation du PIB (Produit intérieur brut) malien», a déclaré le gérant de Malimarket. Les avantages de ce secteur, selon lui, sont que «nous quittons dans une sphère dont les gens étaient obligés de se rendre au marché pour faire des achats». Tout se digitalise et cela facilite les choses aux Maliens. «Côté emploi, toutes les entreprises du secteur tertiaire dont fait partie le e-commerce, sont appelés aujourd’hui à recruter», a révélé notre interlocuteur. «Et qui parle de recrutement parle généralement de la lutte contre le chômage ainsi que sa diminution. Donc chaque nouveau start-up de e-commerce qui se crée aujourd’hui a un besoin fort en recrutement», a-t-il ajouté.
UN SECTEUR POURVOYEUR D’EMPLOIS. Les 3 secteurs d’activité les plus représentatifs en e-commerce sont: mode et vêtements, services aux particuliers, beauté et bien-être. Mady Sidibé dira qu’actuellement le e-commerce participe beaucoup à l’économie, c’est à-dire le Malien lambda peut se procurer n’importe quel produit à l’étranger et le commander sur un site partenaire. Comme le nôtre, qui est partenaire avec beaucoup de sites arabes et français etc., du coup, cela fait que l’on peut acheter un produit français de n’importe quelle boutique partenaire française et autre, et l’avoir dans un bref délai. L’e-commerce participe vraiment à la libre circulation de ces produits et à leur valorisation. Comme vous le savez, un produit exposé sur le net parait plus joli et attrayant, et pousse le consommateur à l’achat. Le e-commerce est un secteur dynamique. Tous les start-ups exerçant dans ce domaine déclarent qu’ils sont toujours en quête d’agents pour élargir leur champ d’activités sur le terrain, en gagnant plus de confiance auprès de la clientèle. « Notre taux de recrutement aujourd’hui a dépassé les 120%», a indiqué le patron de Malimarket, ajoutant que l’e-commerce est un secteur en pleine effervescence et que l’activité s’accroit. Le jeune entrepreneur a affirmé qu’il y a juste 3 ans, il avait commencé avec 4 agents, et qu’aujourd’hui 22 agents travaillent dans sa société. «Dans les régions, on n’a pas moins de 15 agents. Même aujourd’hui on est en recrutement de commerciaux. L’activité est vraiment croissante», a-t-il dit.
Naturellement comme dans tous les secteurs, les e-commerçants rencontrent des difficultés du fait que certains clients manquent de confiance et qu’ils s’adonnent à des tests à leur endroit. « Les clients voient les produits et se posent généralement la question si ces produits sont réellement au Mali. Ils passent la commande et lorsque vous coordonnez tout jusqu’à la livraison, ils vous disent qu’ils voulaient juste vous tester», témoigne Cheick Soumano. Pour Abdoulaye Baba Coulibaly, les gens n’ont pas le même degré de compréhension. «L’e-commerce est un domaine très complexe et varié dont l’utilisation demande une connaissance parfaite du domaine. La confiance pose problème très généralement», a-t-il assuré.
 
Mohamed Z. DIAWARA
 

Laisser une réponse